a

31 juillet 2006

Washington annonce qu'il suspend l'agression contre le Liban

C'est une remarque très pertinente du blog From Beirut to the Beltway: «Whose State Department is it anyway?». L'annonce de la suspension, pour 48 heures, de l'agression aérienne contre le Liban a été faite, non par le gouvernement israélien, non par l'armée israélienne, mais par le porte-parole du Département d'État américain Adam Ereli.

Ce blog cite le New York Times:

Late today, Israel agreed to suspend its airstrikes for 48 hours while it investigates the bombing of Qana, a State Department spokesman said. The spokesman, Adam Ereli, told reporters in Jerusalem that Israel would coordinate with the United Nations to provide a 24-hour period during which residents of southern Lebanon could leave the area safely.
Le Jerusalem Post:
In Jerusalem, the IDF spokesman's office said it knew nothing of an agreement to halt airstrikes in Lebanon for 48 hours. Government officials were not immediately available for comment.
Confirmation dans le Figaro:
Avant l’annonce officielle de l’armée israélienne, cette suspension a été évoquée par le porte-parole du Département d'Etat américain Adam Ereli, qui a annoncé, à l'issue de discussions à Jérusalem entre la secrétaire d'Etat Condoleezza Rice et de hauts responsables israéliens, une «suspension par Jérusalem de ses frappes aériennes au Liban sud pour se donner le temps de mener une enquête» sur le bombardement de Cana. Il a ajouté qu’Israël coordonnera avec les Nations unies 24 heures de «passage sûr» pour les civils qui souhaitent quitter le secteur.
C'est donc le département d'État américain qui annonce au monde l'interruption des actions israéliennes. Les États-Unis annoncent une décision de guerre et paix à la place d'un autre pays. Comme le souligne From Beirut to the Beltway:
Le peuple des États-Unis mérite de savoir pourquoi leur pays parle pour Israël avant qu'Israël ne s'exprime pour son propre compte. Je pense que le Département d'État doit une explication aux Américains, sinon nous pourrions tout aussi bien supposer que c'était l'US Air Force qui bombardait le Liban.

5 commentaires:

Rémy. a dit…

Les périodes de guerre sont toujours celle où l'honnêteté intellectuelle est la plus malmenée.

Outre les conséquences dramatiques pour les morts et leurs familles, je pense que la paix sera d'autant plus difficile à faire par la suite du fait de la propagande et du viol du language et du sens commun auquel on assiste.

Israel se défend: Pourquoi ne dit-on pas qu'Israel est en train de détruire et de massacrer le Liban?

Olmert dit qu'il avait dit aux habitants de Cana de partioravant les bombardement: De qui se moque-t-on? Quand on tire sur les ambulances, quand les routes sont détruites, quand on a des vieux à la maison et personne chez qui aller, comment on fuit?

Israel détruit le Liban, et on décrit les bombardements comme si cc'était un truc inévitable. Ah, c'est vrai c'est un peu des trucs qui tombent du ciel, comme les trombes d'eau de l'ouragan Katarina, donc ça doit être au pire une punition divine, mais dans tous les cas, on peut juste essayer de minimiser les conséquences des bombes mais surtout pas essayer d'arrêter de les faire tomber.

Des massacres délibérés de civils: L'onu ne condamne pas mais déplore...

Heureusement que les enfants ne lisent pas les journaux.... Ils deviendraient schizophrène sinon...

Je propose qu'on exhume Romain Gary, qu'on le clône, et qu'on mette ses clônes présidents d'israel, de la Palestine, du Liban, de la Syrie, de l'Amérique... Avec sa personalité caméléon et son amour de l'humanité, je pense qu'il arriverait à gérer.

frencheagle-libnanews a dit…

promesse en l air :
raid aérien pres de marjouyoun

Contre Info a dit…

La collusion entre les Etats Unis et Israel a atteint lors de la guerre du Liban un niveau jamais vu dans la politique américaine. Jamais un Reagan, un Bush Père - pour ne pas parler d’un Clinton - n’auraient cautionnés une aventure aussi folle.

Au lieu de peser de tout son poids pour modérer les parties, l’administration US n’a eu de cesse d’aggraver la crise. Le bloquage des initiatives diplomatiques, les livraisons d’armes et de carburant pour alimenter la machine de guerre Israelienne, ont fait de cette nouvelle campagne Libanaise une opération conjointe menée par deux états complices.

Le point d’orgue de cette confusion vient d’être donné aujourd’hui par l’annonce d’une trève de 48 Heures, annoncée non pas pas Olmert, mais par un porte parole du Département d’Etat.

La théorie du complot américano-sioniste, très en vogue au Moyen Orient n’aura jamais connu une illustration plus saissisante que celle à laquelle nous venons d’assister aujourd’hui.

Et nous pouvons d’ores et déjà en prssentir les conséquences. Elles sont assez sombres.

Rémy. a dit…

Rapelle toi Barbara...

Quelle connerie la guerre.
http://media.odeo.com/7/7/4/wallet_lieuunique_20060323_topolivres.mp3

Anonyme a dit…

Je viens de tomber sur un débat sur RTL dans lequel Philippe Val, le directeur de Charlie-Hebdo, a touché le fond de l'abjection et de l'immonde. Son commentaire sur le massacre de Qana a été le suivant " regardez cette photo, elle date de 2003, on y voit des soldat du Hezbollah, ils ont 10-12 ans! Ces gens utilisent des enfants pour faire la guerre et ils viennent nous faire pleurer avec ça". L'émission est disponible sur le site de RTL " On Refait Le Monde" du 31.07.2006