a

01 août 2006

L'agression israélienne est planifiée depuis plus d'un an (San Francisco Chronicle)

Le vendredi 21 juillet, soit une dizaine de jours après le début de l'agression israélienne, le San Francisco Chronicle a publié un article expliquant que cette opération était planifiée et présentée aux États-Unis à des militaires, des diplomates, des journalistes et des think-tank depuis plus d'un an. Voici, pour les lecteurs francophones, une traduction de la première moitié de cet article. Le reste de l'article, signé Matthew Kalman, développe des considérations sur l'évolution de l'agression; ces consisérations datant de plus d'une semaine et n'évoquant plus le plan préparé à l'avance, je pense qu'il n'est pas utile de le reproduire ici.

La réponse militaire aérienne, terrestre et maritime de l’État israëlien à ce qu'il a considéré comme une provocation des militants du Hezbollah la semaine dernière, se met en place selon un plan finalisé il y a plus d’un an.

Depuis que l’État hébreux a mis fin à son occupation militaire du Liban Sud, il observe attentivement le Hezbollah déployer sa présence militaire dans la région. Lorsque des militants du Hezbollah ont enlevé deux soldats israéliens la semaine dernière, l’armée israélienne était prête à réagir presque immédiatement.

«De toutes les guerres menées par Israël depuis 1948, c’est pour celle-ci qu’Israël était le plus préparé», explique Gerald Steinberg, professeur de science politique à l’université Bar-Ilan. «D’une certaine façon, les préparatifs ont débuté en mai 2000, immédiatement après le retrait israélien, lorsqu’il fut clair que la communauté internationale n’allait pas empêcher le Hezbollah de stocker des missiles et d’attaquer Israël. En 2004, la campagne militaire, programmée pour durer environ trois semaines, été déjà définie dans ses grandes lignes et, depuis un an ou deux, elle a été simulée et répétée dans ses moindres détails.

Il y a un peu plus d’un an, un officier supérieur israélien a commencé à donner des présentations PowerPoint, de manière non officielle, devant des diplomates états-uniens et autres, des journalistes et des groupes de réflexion, exposant le plan de l’opération actuellement en cours avec force détails. Selon les règles définissant ces réunions, l’officier ne pouvait pas être identifié.

Dans ces entrevues, l’officier décrivait une campagne menée en trois semaines. La première semaine était consacrée à détruire les missiles à longue portée les plus lourds, à bombarder ses centres de commandements, perturber ses moyens de transport et de communication. Durant la deuxième semaine, l’attention se portait sur des attaques ponctuelles sur des sites de lanceurs de roquettes et des entrepôts de munitions. Pendant la troisième semaine, d’importantes troupes au sol seraient utilisées, mais uniquement pour détruire des cibles découvertes pendant les missions de reconnaissance durant le déroulement de la campagne. Il n’y avait aucun plan, selon ce scénario, pour réoccuper le Sud du Liban sur le long terme.

Les officiels israéliens indiquent que les raids de leurs commandos d’intervention ne doivent pas être considérés comme une invasion terrestre. Ni, disent-ils, qu’ils préparent une nouvelle occupation du Sud du Liban, comme l’État hébreux l’avait fait entre 1982 et 200 – afin, disait-il, d’interdire les attaques du Hezbollah contre Israël. Les planificateurs prévoyaient la probabilité de morts civils de chaque coté. Israël prétend que le Hezbollah lance certaines de ses opérations depuis des zones résidentielles. Et le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, s’est vanté publiquement que l’arsenal de la milice comprend des roquettes capables de toucher Haïfa, comme cela a eu lieu la semaine dernière.

Comme tous les plans, celui qui se déroule actuellement a aussi été modifié par les réalités du terrain, explique Eran Lerman, un ancien colonel des services de renseignement militaire israéliens, qui est maintenant directeur du bureau du American Jewish Commitee à Jérusalem.

[...]

8 commentaires:

laroque a dit…

Merci pour votre site qui combine à la fois,un éclairage sur l'actualité et un apport plus général sur la situation du Liban.Intéressée par l'histoire du Proche-Orient où j'ai eu l'occasion de séjourner,je m'étais documenteé sur Le Liban et me pensais bien le connaitre,mais vous m'avez ouvert d'autres pistes de réflexion,encore merci à vous

M. a dit…

Merci de votre analyse et de votre engagement en faveur d'une vérité que les médias et les politiques, par peur d'être taxés d'antisémitisme ou par franche amitié pour israel, s'évertuent à renier. Le Liban je l'aime aussi et j'aime la Syrie, je travaille sur leurs cutures. Continuez, si peu de gens réagissent aux crimes israéliens. Les français préfèrent la plage ou les manifs pour le CPE...

Anonyme a dit…

Excellent site, très bonnes analyses bravo! Bravo pour votre humanisme et votre pertinence: il faut d'urgence faire de la pub pour ce blog partout!

CANDY a dit…

Trés bon blog,une analyse et un sens critique qu'on oublié les médias !
Pour ma part la thèse du complot israelo-américain, prend toute sa forme avec les derniers évenements.
Mais ce qui fais réellement peur, c'est qu'ils incluent dans leurs plans la destruction totale du Liban, car ces prochains jours selon les dires d'Olmert le Nord sera également bombardé.
Pourquoi tant d'acharnement ?
Un nouveau moyen Orient ? sans le soutien des populations et j'ajouterais avec la haine de celles-ci, rien de bon ne peut en découlé?!

Pierre a dit…

Bonjour,
bravo pour ce blog et bonne continuation

Anonyme a dit…

bravo pour ce blog bien documenté et bon courage pour la suite

Anonyme a dit…

Une petite question cependant: Pour tenir un rythme de plus de 100 missiles par jours sur Israel, le Hezbollah se préparait depuis combien de temps?

karras a dit…

On parle trop peu des réelles motivations d'Israël dans ce conflit. Ici un article qui montre que le réel enjeu est l'accès aux eaux du Litani. Comme le pétrole irakien pour les américains, l'eau du Liban est devenue une priorité pour la survie à long terme d'Israël.
Voici un article d'un officier du département d'état américain qui montre avec justesse les réelles motivations de cette invasion programmée :
http://www.rense.com/general72/plan.htm