a

07 août 2006

Plusieurs, c'est combien?

Voilà que, pour suivre les informations du genre «Quelles nouvelles du front?» (relire mes élucubrations de vendredi, c'est une suite), il est conseillé de consulter les questions courantes du site de l'Académie française, en particulier cette entrée:

Plusieurs, est-ce plus de deux ?

Plusieurs signifie «un certain nombre, un nombre indéfini supérieur à un et le plus souvent à deux» (Dictionnaire de l’Académie française, 8e édition). Le contexte l’oppose parfois explicitement soit à un, soit à deux: Sur un ou plusieurs registres (Code civil, art.40) ; avoir pour objet deux ou plusieurs choses alternatives (Code civil, art.1584).
Ça n'est pas clair? Mais si, regardez: d'après le Nouvel Obs:
Plus tôt, l'aviation israélienne a mené plusieurs raids sur la banlieue sud de Beyrouth, au lever du jour, accentuant ses attaques contre ce bastion du Hezbollah au lendemain de tirs de roquettes de la milice chiite qui ont fait 15 morts dans le nord d'Israël.
Là, on supposera que «plusieurs raids», c'est plus de deux. En revanche, là c'est pas pareil:
Le Hezbollah possède plusieurs bases dans la région de Baalbek, à une centaine de kilomètres de la frontière avec Israël.
Ici, c'est plus difficile à déterminer: la dernière fois que Tsahal a attaqué une base du Hezbollah près de Baalbeck, c'était un hôpital vide, où ils ont arrêté le mauvais «Hassan Nasrallah». Donc, ici, si ça se trouve, «plusieurs bases», ça pourrait tout aussi bien être «zéro» (règle non prévue par l'Académie française).

La règle devient plus facile à vérifier avec une carte géographique:
De son côté, Tsahal a affirmé que ces quatre soldats ont été légèrement blessés à Houla, un village situé plusieurs kilomètres à l'intérieur du territoire libanais.
[...]
Dans le sud du pays, à plusieurs kilomètres de la frontière, une unité de l'armée israélienne est tombée dans une embuscade du Hezbollah près du village de Houla, et des combats ont suivi, a annoncé la télévision du Hezbollah.
Dans les deux cas, c'est clair: «plusieurs kilomètres», c'est au niveau du village de Houla (une fois «à», une fois «près»). Je prends ma carte d'état-major (non, je plaisante: seulement la carte touristique 2005-2006, établie d'après le Ministère de la Défense, quand même) et je mesure: entre le petit point qui indique Houla et le pointillé qui marque la frontière, il y a... 2,4 kilomètres. (Non, pas deux ou quatre: exactement deux virgule quatre.)

Donc, le Nouvel Obs applique la recommandation de l'Académie française: «plusieurs», c'est plus de deux. Mais pas de beaucoup.



Jamal, sur son Jamal's Propaganda Site, se fait la même réflexion:
En parlant de supériorité technologique, la distance entre le clôture de la frontière et le village d'Aita Ash Shaab est de 900 mètres. Cela représente environ 10 minutes de marche pour le péquin moyen. Ca vous prendrait moins d'une minute pour parcourir la distance en Renault 12. Une tortue quelconque parcourerait la distance en 6 heures. 26 jours et on attend toujours l'arrivée du tout meilleur char Merkava.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Cher Nidal,

je fais partie d'un collectif qui s'appelle "Paix au Liban" et qui s'est créé suite aux événements tragiques de ces dernières semaines.

Suite aux appels de nombreux artistes libanais, dont Marcel khalife et Nidal Al Alchkar, nous organisons un grand rassemblement ce jeudi 10 août à Paris, sur la première pelouse au pied de la Tour Eiffel, à 18h.

Nous avons invité de nombreux artistes et intellectuels et souhaiterions qu'un maximum de personnes soient présentes.

Votre blog étant très suivi, nous vous serions très reconnaissants si vous pouviez faire suivre cette information.

Pour recevoir notre communiqué, ecrivez nous à
paixauliban@yahoo.fr

Cordialement,
Mathilde Serhan
Collectif Paix au Liban

laroque a dit…

Merci de nous alerter sur des"détails"qui relévent du flou,le flou dans lequel plonge, peu à peu,la guerre au Liban.Ce flou préfigure le rideau de fumée qui nous dissimulera la réalité de la guerre(il y a des précédents!)Et alors,quel public,en France,ira longtemps,s'intéresser à des événemts vus à travers un rideau de fuméée?C'est l'intérêt des grands médias sans grande marges de manoeuvre face à Israél.Que penser des positions de la Ligue Arabe?Sont-elles la marque d'un large consensus du Peuple Libanais et la crainte que Mr Hariri,figure emblématique de la révolution démocratique n'y soit plus le bien venu,ce qui serait un grave préjudice pour la "mafiocratie"