a

01 décembre 2006

Biaisé, vous avez dit biaisé ?


1.
Quoi qu'on puisse penser de Michel Aoun, de sa personnalité, de son histoire, du coût humain monstrueux de sa stratégie à la fin de la guerre civile, une chose cependant peut difficilement lui être retirée: il n'a jamais été pro-syrien. C'est même l'un des seuls hommes politiques d'importance aujourd'hui au Liban qui ne l'ait jamais été.

2. Les manifestations organisées par le Hezbollah sont toujours très disciplinées, il n'y a jamais de «débordements» en marge des manifestations et, aujourd'hui comme souvent, les manifestants brandissent uniquement des drapeaux libanais. Si vous êtes un journaliste occidental, pensez à systématiquement qualifier ces manifestations pacifiques de «démonstration de force».

3. Pourquoi l'actuel gouvernement de Fouad Saniora se nomme-t-il «groupe du 14 Mars»? Je me cite moi-même, ça m'évitera de réécrire le paragraphe:

Rappelons tout de même que l'actuel gouvernement se targue d'être l'héritier des manifestations du 14 mars 2005. C'est même le nom de son «rassemblement». Le 14 février 2005, Rafic Hariri est assassiné. Le 14 mars, l'«opposition» (l'actuelle «majorité») organise une manifestation monstre réclamant la chute du gouvernement. Le gouvernement d'Omar Karamé «tombe» sous la pression de la rue. Le 14 avril, le «plutôt pro-syrien» Najib Miqati est nommé Premier ministre d'un gouvernement de transition chargé d'organiser les législatives de juin. La «transition» se déroule parfaitement et l'actuel gouvernement est issu des urnes. À cette époque, le recours à la rue est unanimement considéré dans les chancelleries et les médias occidentaux comme le signe d'une grande vigueur démocratique.
Putschistes voilées, putschistes pas voilées, putschistes musulmanes et putschistes chrétiennes.
Grosse ambiance de «démonstration de force».


Mais ces éléments interdisant de penser les évènements libanais avec, disons, «simplicité», les médias s'empressent de... simplifier. Au risque de devoir décrire une réalité totalement inventée.

Commençons par l'exception qui confirme la règle: l'article de Sibylle Rizk, pour le Figaro, n'utilise pas le terme «pro-syriens» pour désigner l'opposition, et n'utilise le terme qu'en tant que jugement attribué par les forces gouvernementales à l'encontre de leurs opposants.

Sorti de là, c'est le grand n'importe quoi.

Pour LCI, à l'instant, l'immense manifestation pacifique, où ne fleurissent que des drapeaux libanais, est une «démonstration de force». Michel Aoun est présenté ainsi: «derrière sa vitre blindée, Michel Aoun, le leader des chrétiens pro-syriens».

Sur CNN, il s'agit d'une manifestation de «Hezbollah and its pro-syrian allies». Interviewant une «spécialiste du Hezbollah» (assez objective par ailleurs), la correspondante au Liban, Hala Gorani, refuse l'idée qu'une manifestation puisse réclamer la démission du gouvernement («dans une démocratie, on attend les élections», répète-t-elle).

Sur Future TV, chaîne des Hariri, le programme quotidien est inchangé, et pendant qu'entre 800000 et plus d'un million de Libanais défilent dans le centre de Beyrouth, la chaîne passe des concerts de pop arabe.

Sur la LBC, ancienne chaîne des Forces libanaises, images des rassemblements en début d'après-midi, puis retour aux émissions habituelles (telenovellas libanaises dont la vue prolongée abime le bulbe rachidien). Le journal télé du soir montre toutes ces personnalités mondiales qui soutiennent Saniora («who's doing a very good, very dignifying job», dixit Romano Prodi). Depuis hier, la chaîne insiste sur les explications suivantes: les manifestations sont mauvaises pour le tourisme, les manifestations sont mauvaises pour le commerce. Plusieurs personnages présentés réclament le report des manifestations pour après Noël!

Ce soir, sur Future TV, un vieux film égyptien. Sur la LBC, un téléfilm égyptien. Si j'étais Hala Gorani, je dirais que «Dans une démocratie, quand un quart des citoyens défilent dans la capitale pour réclamer un changement de gouvernement, la moindre des choses, c'est d'y consacreer des débats à la télévision!»

MSNBC évoque, évidemment, «Hezbollah and its pro-Syrian opposition allies». L'article parvient à ne jamais utiliser les termes «Michel Aoun», sans doute trop compliqués à écrire.

Le Monde, travaillant sur la base d'une dépêche AFP, titre «Démonstration de force des prosyriens à Beyrouth». Évidemment, Aoun est devenu prosyrien:
«Réunis à l'appel de l'opposition prosyrienne menée par le Hezbollah, les manifestants ont réclamé la démission du premier ministre, Fouad Siniora.»
La dernière phrase doit, selon un procédé déjà exposé ici, permettre de mettre sur le même niveau une manifestation clairsemée d'une dizaine de milliers de chrétiens phalangistes et FL et une manifestation de plus de 800000 personnes:
La majorité avait transformé les obsèques du ministre, le 23 novembre à Beyrouth, en un immense rassemblement contre le régime de Damas.
Le site belge 7 sur 7 reproduit ce qui doit être la dépêche AFP d'origine: «Démonstration de force de l'opposition à Beyrouth en alerte maximale». Auparavant, «L'opposition pro-syrienne manifeste contre le gouvernement libanais»:
«L'opposition libanaise menée par le Hezbollah chiite organise, vendredi, à Beyrouth, dans une démonstration de force du camp pro-syrien, une manifestation et un sit-in illimité pour faire tomber le gouvernement.»
Logique identique pour l'agence de presse chinoise Xinhua, qui simplifie la situation pour nous permettre de bien comprendre:
«Le Liban, divisé entre les partis pro et anti-syriens, est confronté à une crise politique depuis que six ministres pro-syriens du Hezbollah et de ses alliés eurent démissionné début novembre, en outre les dirigeants du pays ne sont pas parvenus à un accord sur un gouvernement d'union nationale.»
L'armée libanaise exhibe sa puissance de feu face à l'armée israélienne sa propre population*.

Mais le plus beau morceau, pour l'instant, c'est la dépêche de Reuters signée par Yara Bayoumy et Tom Perry. Évidemment:
«Le mouvement islamiste et ses alliés pro-syriens avaient appelé les habitants du pays à prendre part à la manifestation dans le centre de Beyrouth, qui devait être suivie d'un “sit-in” d'une durée indéterminée près des bâtiments officiels.»
Notez que:
«Le Hezbollah, soutenu par la Syrie et l'Iran, présente le gouvernement du Premier ministre Fouad Siniora comme un auxiliaire fantoche des Etats-Unis.»
Rions un peu avec la conception journalistique des médias occidentaux. La phrase suivante a exactement la même valeur; mais évidemment, personne n'aurait l'idée d'écrire: «Le gouvernement du Premier ministre Fouad Siniora, auxiliaire fantoche des États-Unis, présente le Hezbollah comme soutenu par la Syrie et l'Iran.» Pour se rattraper sur la déontologie, Reuters se montre encore plus explicite que ses concurrents:
«“J'engage le Premier ministre et ses ministres à démissionner”, a lancé aux manifestants le général Michel Aoun, dirigeant d'opposition chrétien et pro-syrien.
Vous avez bien lu: «le général Michel Aoun, dirigeant d'opposition chrétien et pro-syrien»! C'est hénaurme. Reuters n'hésite pas à enfoncer le clou:
«Les tensions sont fortes entre sunnites et chiites, de même que les rancoeurs qui opposent les chrétiens pro et antisyriens.»
Oui, quand les aounistes se font agresser par les Forces libanaises de Geagea, c'est une rancœur entre «chrétiens pro et antisyriens». Reste à savoir qui est pro, et qui est anti...

À part ça, toujours aucune mention dans nos médias de l'arrestation d'une vingtaine de membres des Forces libanaises par l'armée.

[Ajout, le 2 décembre] La participation de militants chrétiens est, évidemment, un sujet important: les médias pro-gouvernementaux tentent par tous les moyens de faire croire que les chrétiens ont massivement «lâché» Aoun, et qu'il est désormais seul avec ses amis chiites.

Dans un article du Figaro, malgré un titre malencontreux («Démonstration de force des prosyriens à Beyrouth»), on peut lire:
La place mêle l’orange, le jaune et le vert, pour les foulards et les Tshirts, sous un seul drapeau, celui du Liban. L’orange, c’est la couleur des militants du Courant patriotique libre (CPL) de Michel Aoun, très nombreux, le jaune celle du Hezbollah, et le vert celle des chiites d’Amal, le parti du président de l’Assemblée Nabih Berri, ou des chrétiens du nord de Souleimane Frangié. Le mélange se fait aussi dans les haut-parleurs, qui diffusent des chants militaires du Hezbollah et des discours d’Aoun. Tout ce monde se côtoie en souriant. Quelques jeunes filles portent même des foulards islamiques orange: “On est membres d’Amal,mais c’est par solidarité avec le général.”
Pour L'Orient-Le Jour, «très nombreux», ça n'est pas encore assez. Titrant son article «L'opposition s'est exprimée, le gouvernement tient bon» (exacte traduction de «Cause toujours, tu m'intéresses»), le quotidien explique:
«Mais dans sa quête d’un mouvement à caractère national visant à faire chuter le gouvernement, le parti de Dieu et ses alliés ont dû recourir à un artifice pour compenser le déficit de participation chrétienne qui, selon des sources concordantes, paraissait faible. Ainsi, c’est au général Michel Aoun qu’a été confié le rôle de s’adresser à la foule rassemblée dans et autour de la place Riad el-Solh.»
* Je n'y connais pas grand chose en artillerie (ni en bidasseries en général). Mais quelqu'un peut-il me dire si, par hasard, le gros machin au-dessus des barbellés, ce ne serait pas une batterie anti-aérienne?

11 commentaires:

Sophia a dit…

Salut Nidal,

Merci de nous rappelr que le mouvement du 14 mars est issu d'une telle manifestation qui a fait tomber le gouvernment de karamé.
Je propose au lieu d'utiliser pro et anti syrien d'utiliser pro et anti USrael car c'est bien de cela qu'il s'agit. Sanyura et son government sont pro-USrael.

Maitenant au sujet de la censure des blogs:
Non seulemet j'ai été virée de Open Lebanon mais c'est plus pernicieux encore. Beiruter.com qui indexait tous mes articles devient de plus en plus sélectif. Par exemple il n'a pas indexé mes derniers articles sur le Liban, aucun et pourtant j'en ai eu quatre dernièrement, deux sur Gemmayel et aujourd'hui, un sur le rapport Brammertz et le noubveau changement de méthode dans les assassinats et un aujourd'hui sur la manif.

Actuellement sur Open lebanon on n'entend qu'une seule voix, celle du neo-con caché Michael Totten est la plus stridente et elle charge sur Hezb et Aoun. Pourtant, il me semble qu'un tiers du Liban est physiquement dans la rue. Ou est la représentation sur 'OPen Lebanon' de ce tiers ?

Bassem a dit…

Je ne sais plus s'il faut que j'en rigole ou que j'en pleure, c'est dépitant :-/

Nietzsche a dit…

Grotesque,

J'ai passe la journee a m'agacer de voir la mention "pro-syrien" meme pour designer Aoun.
Sur CNN en debut d'apres midi (heure de New York) on parlait d'au moins 200 000 manifestants alors qu'en meme temps sur 20minutes il etait question d'1,5 millions.

Par ailleurs Segolene Royal a trouve un timing tres courageux, ou tres malheureux pour aller soutenir le gouvernement de Sanioura.
Elle avait affirme il y a quelques jours qu' elle entendait poursuivre la politique etrangere de la France. Il me semble risque pour un candidat a la presidence de prendre de telles positions dans une periode aussi incertaine.

Anonyme a dit…

Ce qu'il y a de formidable, avec l'outillage militaire, c'est la large gamme de son utilisation, qui n'a d'égale que l'imagination de ses utilisateurs. OUi, c'est une batterie anti-aérienne, mais rien n'interdit de s'en servir pour disperser un "cortège pro-syrien menacant les intérêts démocratique"...

Je dirais même qu'elle sera bien mieux adaptée à cet usage qu'à celui consistant à abattre des appareils (israéliens, exemple au hasard) qui passeraient bien trop vite pour elle...

De même les lances à incendie qui ont prouvé leur utilité anti-émeutes.

On arrêtera pas le progrès.

Nada a dit…

Que dire quand tous ces médias et à leur tête l'Orient Le jour jouent au mensonge et à la désinformation. Quand je lis l'Orient le Jour, j'ai honte. Honte, qu'un journal libanais soit le leader des journaux de la désinformation. Et quand je lis 14 mars, je me demande, moi qui suis descendue dans la rue ce 14 mars, si tous les libanais qui sont descendus comme moi savaient que leur manif allait être récupérée par un gouvernement qui va leur enlever leur rêve et qui va mettre le masque de la "majorité". Mais bon, je ne suis pas à ma première déception et je me demande quand le peuple a été entendu. à Baabda en 88? le 14 mars? Maintenant?. Moi qui regarde les nouvelles de mon pays depuis la France, j'admire, quand je vois les libanais descendre dans la rue,leur espoir qui ne tarit jamais, malgré les déceptions du passé et malgré les parasites qui viennent toujours couvrir leur voix.

Ouf a dit…

Ces manifestations risquent d'etre trés longues, surtout si l'on convient que "l'argent est le nerf de la guerre".

Sur le blog de Joshua Landis ("Syria comment"), Firas Maksad, "analyste de Moyen-Orient" s'exprime ainsi: (http://joshualandis.com/blog/?p=105)

" ...l'effondrement du gouvernement reste peu probable, et une injection d'argent comptant pour appuyer le premier ministre Fouad Siniora est prévu dans le premier trimestre 2007."

(....)

" Ceci est particulièrement critique, étant donné que la continuation de la crise actuelle peut la rendre incertaine si la conférence des donateurs de Paris III du 25 au 26 janvier se déroule comme prévu. L'aide financière a Siniora est un impératif stratégique, et les Présidents George Bush et Jacque Chirac ont affirmé leur engagement à se préparer à la conférence des donateurs et a fournir une aide financière à Siniora. Les Saoudiens sont dans le même esprit et seront prêts à fournir autour de $2milliards en aide, tout comme ils l'ont fait pendant la guerre de cet été, pour assurer la stabilité financière du Liban."

kalima a dit…

merci nidal pour cette analyse. Tant qu'il y aura des personnes capables de déconstruire les discours des médias dominants, le lavage des cerveaux ne sera jamais efficace.

Anonyme a dit…

A mon avis ce n'est pas du coté de l'armée qu'il faut regarder.

Selon un journaliste du Los Angeles Times (Megan K. Stack), le "Kouwa Amane Dakhli" (Internal Security Forces ou forces de sécurité intérieure) aurait été "épurée" (c'est a dire recomposée confessionnellement, avec une supériorité numérique pour les sunnites et les chrétiens), armée avec des armes provenant des pays sunnites pro-americains. En son sein existe un service de renseignement d'ou les Chiites sont exclus.

Ceci prouverait, toujours selon Megan K. Stack, que le camp Siniora se prépare a l'éventualité d'une guerre civile.

" certains redoutent qu'ils (les FSI) se transforment en une milice et conduisent a une guerre civile" ajoute le journaliste.

Voir: http://www.latimes.com/news/nationworld/world/la-fg-lebsunnis1dec01,1,1390410.story

Ouf a dit…

Selon le Blog Angryarab, Brent Sadler de CNN, aurait estimé le nombre de manifestants hier a «200.000 peut-etre, contre 1000.000 pour la manifestation ayant eu lieu le 14 Mars 2005 dans la seule {place du Martyr}.»

Angryarab précise que la manifestation d'hier, s'étendait bien au-dela de cette seule place («Riyadh al-Solh Square and Bishara al-Khoury place and the Jisr al-Ring»).

Ceci “montre” donc que les manifestants d'hier étaient «trés obèses»: «chaque participant d'hier équivaut, en poids corporel, a environ 7 a 10 participants du 14 Mars.»

Quand la propagande ne prend meme plus le soin de paraitre crédible que faut-il en penser?

Fred., de L. a dit…

Avant Michel Aoun était anti-syrien, et maintenant, de toute évidence, il est devenu pro-syrien. Y-a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis, et ça, les journalistes l'ont tous bien compris. Ce qui explique qu'ils ne trouvent rien de bizarre à continuer d'utiliser une telle grille de lecture pour décrire les évènements présents.

Mon commentaire n'apporte pas grand chose, mais n'empêche, quand on voit les choses comme ça, on vit mieux. On s'fait moins de noeuds à la tête !

Dawoud a dit…

Il suffisait de se promener dans la manif de ce week-end. Le peuple, il etait la. Familles, femmes, enfants, jeunes, vieux... Ca sautait aux yeux.

PS j'ai toujours une photo eclairante sur l'ideologie kataeb trouvee dans un de leurs bouquins en arabe. Je ne sais pas si vous avez eu mon dernier message.