a

08 décembre 2006

Le commentaire d'Angry Arab sur le discours de Nasrallah

As‘ad Abukhalil est universitaire aux États-Unis, libanais et auteur du blog en anglais Angry Arab (un arabe en colère). Il publie plusieurs billets très courts chaque jour, qui constituent essentiellement une revue de presse accompagnée de brefs commentaires très sarcastiques.

Très à gauche et laïc, extrêmement opposé au gouvernement Saniora, c'est un commentateur vachard (et souvent expéditif) des événements. Son site est un rendez-vous quotidien pour suivre l'actualité du Proche-Orient.

Il a livré ce matin un billet inhabituellement long, assez peu structuré mais très intéressant, sur le discours d'hier de Hassan Nasrallah. Discours qui n'a pas manqué de frapper par la force des accusations portées; un échelon dans l'affrontement politique a sans doute été franchi. Voici une traduction du billet de As‘ad Abukhalil, c'est un point de vue radicalement différent de ce que vous pourrez lire ou entendre dans les médias français.

Les gens m'ont demandé – et ma sœur m'a poussé à le faire – d'écrire quelque chose sur le discours de Nasrallah. Je ne l'ai pas suivi dans son intégralité. Je suis sur la route, aussi j'ai regardé des extraits sur New TV. Puis j'ai lu l'intégralité du texte.

J'ai été surpris. Le Hezbollah a décidé de devenir ferme et de forcer les événements face à ses ennemis – qui étaient ses alliés électoraux. C'est lui qui a installé ces mêmes personnes (Hariri et Joumblat) dans la majorité. C'est vrai, il y a des contradictions. Nasrallah a déclaré très clairement qu'il considère Saniora, Joumblat et compagnie comme des alliés d'Israël pendant la guerre – ce qui est évidemment vrai – et cependant il est encore près à former un gouvernement avec eux.

Je pense que l'opposition au Liban devrait se concentrer sur Saniora et d'autres symboles du mouvement du 14 Mars. Mais les exigences de l'opposition sont très limitées: rien n'est dit au sujet de l'un des aspects les plus dangereux de la politique du gouvernement, c'est-à-dire son programme économique terrifiant, qui se situe à la droite de la «campagne de libéralisation» de Pinochet. Il n'a rien dit à ce sujet, mais le Hezbollah a ignoré les questions de justice sociale depuis l'avénement de Rafic Hariri – ou en tout cas depuis son installation par les services secrets syriens.

Nasrallah traite avec habileté – beaucoup d'habileté – la question des tensions confessionnelles. Il ne fait aucun doute que le camp Hariri s'est engagé de façon flagrante sur la voie de l'agitation confessionnelle avec des manières qui sont sans précédent dans l'histoire contemporaine du Liban. Il ne lui reste rien d'autre à faire. Je veux dire: est-ce que vous connaissez qui que ce soit au Liban qui apprécie ou admire sincèrement Fouad Saniora – à l'exception de Samir Khalaf, mais qui se soucie vraiment de Samir Khalaf, cet homme qui pense qu'il n'est pas anti-chiite parce que sa famille avait une servante chiite, comme il me l'a expliqué un jour. Saniora compense son déficit de soutien populaire par l'agitation confesionnelle.

Les manifestations de l'opposition sont plutôt des réussites et sont très bien chorégraphiées. Sous l'angle théâtral, elles sont à mon avis bien meilleures que celles organisées par le mouvement du 14 Mars. Il est étonnant – ou pas du tout étonnant en fait – que les manifestations soient à ce point occultées par les médias occidentaux. Où se trouve le magazine Nation, lui qui ne couvre plus que les manifestations mises en scène et organisées par Saatchi and Saatchi? De plus, le magazine Nation avait aimé l'aspect «glamour» des leaders du mouvement du 14 Mars. Des hommes barbus et des femmes voilées (bien entendu, des dizaines de milliers de manifestants ne le sont pas) dans ces manifestations, cela rebute beaucoup de journalistes occidentaux.

Le plan de l'opposition semble taillée dans le marbre; et le groupe au pouvoir apparaît de plus en plus nerveux. Saniora devient chaque jour de plus en plus vulgaire. Et le disciple de Zarkawi au Liban, le mufti de ‘Akkar, est maintenant le principal soutien de Saniora. Il est également clair que le camp Hariri a tenté dès les premiers jours des manifestations d'entraîner l'opposition dans des affrontements confessionnels. L'opposition a habilement évité ce piège; elle était déterminée à ne pas se laisser entraîner là-dedans. L'alliance entre Aoun et le Hezbollah a sauvé le Liban de tensions et d'affrontements confessionnels supplémentaires, et l'entente a duré plus longtemps que ce à quoi les gens s'attendaient.

Il a été intéressant et positif que Nasrallah n'évoque ni l'Iran ni la Syrie, et qu'il s'oppose même au «wisayah» (tutelle, le terme utilisé pour décrire la domination syrienne sur le Liban) que ce soit de la part «d'amis ou de frères» – une référence habituelle à la Syrie.

L'opposition est par ailleurs parvenue à s'en tenir à des manifestations pacifiques – le mouvement du 14 Mars était violent: il comportait des attaques grossières contre de pauvres ouvriers syriens dans tout le Liban. Chaque assassinat au Liban a été suivi de meurtres ou d'attaques contre des ouvriers syriens.

À un moment – lorsqu'il a évoqué ceux qui avaient poussé les États-Unis à encourager l'attaque israélienne contre le Hezbollah – il faisait référence à Joumblat et Marwan Hamadé, sans cependant les nommer. Cependant, bien que l'opposition ait réussi à attirer des dizaines de milliers de chrétiens, on ne peut nier la division confessionnelle de l'affrontement au Liban. L'immense majorité des sunnites soutient le camp Hariri, tout comme l'immense majorité des chiites soutient le Hezbollah (et, à un moindre niveau, Amal).

Il est positif que Nasrallah ait finalement évoqué la milice Hariri (baptisée Forces de sécurité intérieures). Cela est bien connu des Libanais. Et le 14 Mars sait qu'il ne peut pas compter sur le gouvernement américain au-delà d'un déploiement de rhétorique. Et que peut faire leur allié saoudien pour les sortir de là? Au passage, j'aimerais que le quotidien Al-Akhbar abandonne cette habitude pénible de citer quotidiennement (en l'approuvant) l'ambassadeur d'Arabie Saoudite au Liban.

Du point de vue de la rhétorique politique, c'était un discours bien présenté et délivré avec force. Il avait l'air plus en colère que d'habitude, cela a peut-être plu à la foule qui avait retenu son envie de revanches après le meurtre d'un manifestant désarmé par les alliés de Bush au Liban.

J'ai lu que le roi Abdallah de Jordanie avait apporté son soutien à Saniora: voilà un homme qui n'est même pas soutenu dans son propre pays et qui souhaite distribuer du soutien à l'étranger. N'est-ce pas ironique? Qui cela va-t-il tromper, à part un éditorialiste du Washington Post que la Révolution du Cèdre avait tout excité. Je n'ai pas le temps de voir les commentaires de Friedman, Ignatius et les autres.

Et hier, Joumblat s'est rendu à nouveau à une conférence de socialistes européens. Je veux dire, je n'ai absolument JAMAIS eu le moindre respect pour les socialistes européens (parfois un peu pour les socialistes révolutionnaires), mais n'est-ce pas exemplaire? Les socialistes français célèbrent un chef de guerre confessionnel qui n'est au pouvoir que parce qu'il a hérité du féodalisme médiéval de sa famille. Les socialistes français célèbrent un homme qui presse les Libanais d'accepter la main-mise de la Banque mondiale et du FMI sur leur économie.

Le camp Hariri s'enfonce dans la voie de la guerre civile; espérons que l'opposition continuera à contrecarrer ce plan dangereux.

13 commentaires:

Anonyme a dit…

Merci de cette traduction qui nous change de ce qu'on peut lire ailleurs.

A un endroit tu as "Et le discipline de Zarkawi au Liban, le mufti de ‘Akkar, est maintenant le principal soutien de Saniora." ; je suppose que c'est "disciple", mais de quoi s'agit-il ?

Nidal a dit…

«Disciple de Zarkawi»... Angry Arab aime rappeler que l'opposition (très appréciée des médias occidentaux lorsqu'ils évoquent le Liban) entre chiites libanais qui seraient archaïques (au sens d'intégristes) et sunnites libanais qui seraient «modernes» (au sens de laïcs) n'a aucun fondement. Sans remonter aux Morabitouns, milice sunnite islamiste de la guerre civile, il indique régulièrement que Hariri s'appuie largement sur des cercles sunnites extrémistes.

Voir notamment son billet sur les muftis de Hariri:

«Le nouveau mufti (et salarié de Hariri) de ‘Akkar (un grand fan de Ben Laden d'ailleurs – comme de nombreux religieux, dont le Mufti du Mont Liban, Muhamad ‘Ali Al-Juzu, qui a loué Ben Laden et a refusé de condamner les attaques du 11 septembre, et le Mufti de Biqa‘, Al-Mays, qui a aidé à recruter des volontaires pour Zarkawi en Irak), compare ici les manifestations dans le centre de Beyrouth aux manifestations de païens contre Mohammed et ses compagnons à la Mecque.»

Anonyme a dit…

A t-on le droit de vomir ou pas face à ce billet de gauchiste franchouillard qui ne comprend rien au Liban et qui a ce parti pris absolument prévisible du jeune gauchiste français fasciné par le hamas, le hezbollah et les mollah...bref par la barbarie islamiste ou assimilé (mais ca aurait pu etre n'importe quelle autre barbarie hein) ?

Etrangement la sélection des informations par Nidal (ha ha ha) se fait toujours dans le meme sens.

« Le Monde » fait état d’un « réarmement massif et constant du Hezbollah »

La France est revenue hier sur le problème de l’entrée illicite d’armes au Liban via la Syrie, en rappelant que le rapport du secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan, sur la résolution 1701 « fait état d’informations sur des mouvements d’armes à la frontière syro-libanaise », en précisant que ces informations n’ont pu être vérifiées par l’ONU.
« Dans le rapport du secrétaire général des Nations unies sur la mise en œuvre de la résolution 1701 (...) qui sera discuté par le Conseil de sécurité le lundi 11 décembre », M. Annan « fait état d’informations sur des mouvements d’armes à la frontière syro-libanaise », a expliqué à la presse le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Jean-Baptiste Mattéi.
« Mais le rapport précise qu’il n’a pas été en mesure de vérifier ces informations », a-t-il ajouté, assurant que la France continue « à suivre cette question de la surveillance de l’embargo sur les armes avec beaucoup d’attention » et réfléchit « aux moyens d’en améliorer le contrôle ».
Faisant état de ce rapport, le quotidien français Le Monde cite anonymement hier « un haut responsable proche du dossier » à l’ONU évoquant un « réarmement constant et massif du Hezbollah ».
Selon ce même responsable, les armes seraient « iraniennes pour l’essentiel ». Elles entreraient au Liban grâce « à la complicité de sympathisants du Hezbollah au sein de la Sûreté générale libanaise », ajoute le journal, et le Premier ministre libanais Fouad Siniora refuserait de divulguer ces informations « alarmantes ».
Le Monde a également fait état d’un « document confidentiel » adressé au siège de l’ONU « par un haut fonctionnaire de l’organisation déployé dans la région » révélant l’existence au Liban d’un « commando d’une cinquantaine de militants affiliés à el-Qaëda » dont l’objectif serait d’assassiner, à l’instigation de Damas, 36 personnalités antisyriennes.
Le commando, formé de militants ayant combattu en Irak et infiltrés au Liban via la Syrie, serait installé dans un camp de réfugiés palestiniens du nord du Liban.

Des drones pour le Sud
Par ailleurs, le ministère français de la Défense a indiqué que la France est « disponible » pour déployer des drones au Liban-Sud afin de renforcer les capacités d’observation de la Finul.
« C’est un sujet sur lequel nous sommes disponibles, mais pour lequel nous avons besoin d’une décision du département des opérations de maintien de la paix des Nations unies », a déclaré le porte-parole du ministère, Jean-François Bureau, lors du point de presse hebdomadaire de la Défense.
« Ces moyens permettraient de renforcer les capacités d’observation de la Finul sur la zone », a-t-il fait valoir.

Anonyme a dit…

http://www.france24.com/france24Public/en/archives/talk/20061208-reaction-siniora

Ca sera pas mal de poser les questions qu'il sied :)

Nidal a dit…

@ Anonyme bouffeur de gauchistes franchouillards.

D'habitude, je ne valide pas les messages constitués du simple copier-coller d'un article, parce qu'un lien hypertexte suffit, et que ça n'est généralement rien d'autre qu'une méthode de troll comme une autre.

Mais cette fois, ça me permet de noter le sérieux du quotidien Le Monde, avec un article entièrement basé sur des sources anonymes, des informations que le Premier ministre refuserait de divulguer, un document confidentiel et des conditionnels à chaque phrase.

Article qui se résume assez fidèlement ainsi: «fait état d’informations sur des mouvements d’armes ...», en précisant que ces informations n’ont pu être vérifiées par l’ONU. «Mais le rapport précise qu’il n’a pas été en mesure de vérifier ces informations» ... cite anonymement ... ce même responsable ... seraient ... entreraient ... le Premier ministre libanais Fouad Siniora refuserait ... «alarmantes» ... «document confidentiel» ... un haut fonctionnaire ... révélant l’existence ... el-Qaëda ... serait d’assassiner ... Damas ... antisyriennes ... serait installé ... Liban.

Ouf a dit…

Un autre blog consacré au Liban dans un journal Australien (donc anglophone)qui sort des sentiers battus (ceux de "l'axe du bien" bien sur): et deux, et deux et deux "gauchistes"!: http://www9.sbs.com.au/

Désormais appelez moi double-Ouf.

louis maime a dit…

anonyme ne sait pas de quoi il parle, mais son point de vue permet de mettre en lumière la synchronie des évènements.
Aoun et Nasrallah souhaitent éviter un éclatement du pays (nationalistes), pour celà ils souhaitent maintenir le dialogue avec toutes les parties.
On pourrait dire que Hariri et Joumblat eux, souhaitent un éclatement de cette fragile cohésion.
Pour aller ou? Vers une partition du Liban, que les Américians avaient envisagé? Ce qui voudrait dire dans les fait, avec un niveau d'agitation très élévé, un Mont Liban Chrétien, un sud Liban qui verrait le retour de l'occupation Israélienne (il serait la conséquence de la dénonciation du "réarmement du Hezbollah").
Il n'y a plus de gauche au Liban, Joumblat est un chef de clan mais n'est en rien socialiste.
La situation présente donc deux alternatives, éclatement ou réconciliation.
Je pense qu'il faut voir cette situation à un niveau international, un éclatement du Liban permetrait à ceux qui prônent (sans le nommer) un choc des civilisation de gagner des points. On vous l'avait dit! ce sont des barbares!
Avec les conséquences pour tout le moyen orient mais aussi en Europe.

céhoul a dit…

Merci pour ce blog qui donne un autre éclairage sur la situation libanaise/

Il me semblait que michel Aoun faisait partie des opposants, or je n'entends plus parler de lui. Pourquoi cette disparition?

Malik a dit…

A M. Nidal

Nous venons de faire connaissance de votre blog. Vos sujets nous intéressent directement c'est pourquoi nous vous demandons un lien vers votre blog afin que nous puissons le mettre sur notre site.
Ou alors de nous forunir des liens selon les sujets à l'adresse :
redaction@convergencedescauses.com

notre site qui donne informations alternatives est http://www.convergencedescauses.com

Bien à vous, la Rédaction de Convergence des Causes

sivamurti a dit…

Merci pour les informations objectives de ce blog

ouf a dit…

Je me suis rendu compte que l'adresse que j'avais donné concernant le blog Australien ne fonctionnait pas. on peut y accéder a partir d'un article de l'auteur de ce blog sur le site counterpunch:
http://www.counterpunch.org/mcneill12062006.html

Nietzsche a dit…

Notez comme la presse occidentale masque les revendications de l'opposition libanaise.
L'accusation de Sanioura sleon laquelle le Hezb et ses allies cfomrntent un coup d'Etat est reprise sans commentaire.
Le Figaro fait mention d'une revendication de "gouvernement national". Simplefaute de frappe? Ou est-ce la une methode malhonnete visant a suggerer quelque chose qui pourrait ressembler a une dictature?

Anonyme a dit…

Entre Angry Arab, votre blog et Ibn Kafka, les Arabes n'auront pas evolue d'un iota.

Que Safadi soit corrompu, que Hariri soit un tres riche homme d'affaires tres lie a la monarchie saoudienne, que certains imams ou muftis soient plus ou moins pro Qaeda cela me parait vrai. Mais de la a accuser Hariri de soutenir Al Qaeda, la vous sombrez dans le riudicule.

Joumblatt est un feodal chef de guerre et assassin, c'est evident; mais Berry est aussi un chef de guerre et assassin. Pourtant vous n'en parlez pas. Pourquoi? parcequ'il est l'allie de votre idole des temps modernes Hassan Nassrallah.

Que le Hezbollah ait resiste a Israel, cela tout le monde le respecte et le cosndiere a sa jsute valeur, mais de la a en faire une nouvelle theologie de la liberation, la vraiment, ca me depasse. Si par malheur -a dieu ne plaise- il prenait le controle du Liban, comme il controle deja harat Hrek, le sud et baalabeck, vous allez voir ce qui vous se passer, surtout les gens de gauche. Mais ca n'arrivera pas. Il faudra vous cacher pour boire votre biere et enbrasser votre petite copine.

C'est un mouvement de liberation nationale qui est entarin de se mouvoir en parti totalitaire, pour ressember a son voisin et protecteur le Baas syrien.