a

28 novembre 2006

Les forces spéciales de Samir Geagea sont de retour

Nayla Muawad, Walid Jumblat, Samir Geagea, Amine Gemayel et Saad Hariri

Une expression libanaise dit: «Il le tue, puis il marche à ses funérailles.»

Évidemment, les médias occidentaux ont trouvé la manifestation pour les funérailles de Pierre Amine Gemayel beaucoup plus belle que les manifestations de l'opposition. L'AFP décrivait ainsi l'événement:
Une foule énorme, sous une marée de drapeaux libanais rouges et blancs frappés du Cèdre vert, s'est rassemblée sur la grande Place des Martyrs, dans le centre de la capitale, tout près de la cathédrale Saint-Georges des Maronites où a été célébrée la cérémonie des obsèques.
Vincent Hervouët, sur LCI, opposait cette manifestation à celles du Hezbollah, dont la foule serait politiquement orientée.

Pourtant, les photos de l'événement montrent tout autre chose: des drapeaux des Phalanges, des drapeaux des Forces libanaises, et des drapeaux libanais. Sur certaines photos, on peine même à repérer les drapeaux libanais.


Il faudrait expliquer à Vincent Hervouët et au rédacteur de l'AFP que le drapeau blanc avec un cèdre ceinturé d'un cercle rouge est le drapeau des Forces libanaises du bon docteur Geagea. Quand à celui qui orne le cercueil, un cèdre stylisé en triangle, il s'agit de celui des Phalanges.

On a également épargné au public européen les informations selon lesquelles, le soir de l'assassinat, les bureaux du PSNS à Bikfaya ont été saccagés, l'ancien Premier ministre Salim Hoss a été menacé à son domicile dans la nuit, des ouvriers syriens ont été agressés et que depuis, des heurts impliquant systématiquement des membres des Forces libanaises se multiplient dans le pays (pour rappel, Pierre Amine Gemayel n'était pas député des Forces libanaises). On avait déjà oublié de nous signaler les provocations de membres des FL, après la messe à la mémoire de Bachir Gemayel, dans le sud de Beyrouth, ce qui avait entraîné une intervention musclée des jeunes d'Amal. Petits détails dont la futilité ne doit pas perturber l'hommage de la France au grand Pierre Amine Gemayel (aucun média ne nous a non plus expliqué que Pierre Amine Gemayel n'était parvenu à se faire élire dans le Metn que suite aux accords électoraux entre Michel Aoun et Michel Murr qui lui avaient laissé un poste vacant).

Jusqu'à cette information ahurissante, dont je fais à nouveau le pari que nos médias ne nous en parleront pas (puisque L'Orient-Le Jour le passe sous silence). Une recherche à l'instant me montre qu'il n'y a actuellement aucun article référencé sur le sujet sur Google News en français. L'événement fait pourtant la Une du Safir et du Akhbar. C'est absolument énorme, cela confirme beaucoup des soupçons et des rumeurs qui circulent au Liban, ça dramatise la situation à l'extrême, mais... on ne doit pas en parler.

Voici une traduction de l'article du Safir (à partir de la traduction anglaise effectuée par le Tayyar). Pour ceux qui débarquent, les «Forces libanaises» ne sont pas l'armée libanaise, il s'agissait d'une milice chrétienne d'extrême droite fondée par Bachir Gemayel, soutenue et armée par les Israéliens. Elles sont aujourd'hui officiellement devenues un simple parti politique dirigé par son ancien chef, Samir Geagea. Vincent Hervouët, à force de lire L'Orient-Le Jour, semble ignorer qu'une immense majorité de Libanais craignent les Forces libanaises comme le groupe le plus dangereux du Liban, et considèrent Samir Geagea comme un tueur psychopathe.
Des militaires libanais et des sources de forces de sécurité ont confirmé que, après avoir reçu des informations crédibles quant à «l'entraînement en plein jour de groupes militaires dans la région de Shahtoul dans le Ftouh Kesrwan», l'armée libanaise a envoyé un groupe de commandos et des services de renseignement militaire dans cette zone et y ont trouvé un groupe de neuf hommes s'entraînant au tir sur cibles, dotés d'armes personnelles. Les hommes ont été immédiatement arrêtés et des fusils «M16» et «AKF», des viseurs «MT5», et plusieurs pistolets GLOCK ont été saisis, en plus de matériel de communication extrêmement sophistiqué.

Les neufs hommes arrêtés ont avoué qu'ils faisaient partie de l'appareil sécuritaire des Forces libanaises (LF). L'armée a confisqué leurs trois véhicules tout-terrain, qui avaient tous le même numéro de plaque d'immatriculation et qui étaient peints en marron et noir. Les détenus et trois 4x4 ont été emmenés aux barraquements de l'armée à Sarba, où une carte de la zone de Rabieh a été trouvée dans un des véhicules, ainsi qu'une photographie d'une personnalité politique libanaise importante, et un mannequin placé sur un des sièges.

Six des personnes interpellées ont reconnu que, avant la dissolution des FL en 1994, elles faisaient partie de l'unité «El Sadem» [«le choc»], constituée à l'époque de plus de 40 combattants, trente d'entre eux ayant été à nouveau recrutés par les FL il y a environ un an. La plupart d'entre eux vivaient à l'étranger, et l'un d'eux est actuellement chef de la sécurité de Samir Geagea dans son fief des Cèdres.

L'élément remarquable de l'affaire est que, quatre heures après l'arrestation du groupe, personne ne s'était rendu compte des événéments, et dès le moment où la chaîne Al Manar l'a annoncée, une série de déclarations contradictoires ont été émises, et tentaient d'orienter l'affaire dans la direction de personnels de sécurité de la LBC [la chaîne de télévision initialement fondée par les Forces libanaises de Bachir Gemayel].

À la fin de l'enquête préliminaire, les services de renseignement de l'armée ont déféré les neufs détenus et livré le matériel confisqué au tribunal militaire sous la direction du juge Jean Fahed qui entamera les actions légales nécessaires.

Les FL ont immédiatement et «sans équivoque» nié les informations d'Al Manar et les ont qualifiées de «mensongères», tandis que le PDG de la LBC, Pierre Daher, a fait savoir à l'armée libanaise et aux autorités judiciaires que les détenus sont des membres de l'équipe de sécurité de la LBC et sont également à son service personnel, et qu'ils effectuaient leur entraînement hebdomadaire du lundi. Mais Daher n'a pas pu fournir d'explications convaincantes quant au délai avant la découverte de l'absence du groupe, les armes non enregistrées, les sessions d'entraînement, la raison des documents trouvés dans les véhicules, et le problème des plaques d'immatriculations identiques pour les trois véhicules saisis, etc.

Le conseiller-média de Geagea, Antoinette Geagea, a par la suite affirmé que les détenus faisaient partie du service de sécurité de Daher, tandis que le département-média des FL a émis une déclaration expliquant clairement que les FL sont un parti politique qui obéit aux lois et qui pense que les armes devraient uniquement être aux mains de l'État libanais et de personne d'autre.

Ces derniers jours, des rumeurs ont circulé quant au retour au Liban d'un ancien commandant des FL, Ghassan Touma, et ses déplacements dans certaines zones du nord du pays. Mais les sources militaires libanaises qui suivent cette histoire nient ces rapports, indiquant qu'ils sont faux et totalement fabriqués.
Al-Akhbar donne d'autres précisions. Pour les noms des armes, le lecteur voudra bien m'excuser, je ne suis pas un spécialiste, et c'est translitéré depuis l'arabe.
La source [militaire] a indiqué qu'il avait été trouvé, avec ce groupe, des armes sophistiquées dont des pistolets de type Klolk, des mitraillettes israéliennes Uzi, des pistolets américains de type M15, M4, MP5 spécialisés dans les tirs de précision, un système de communication sans fil très sophistiqué et des cartes de différentes zones du Liban, dont la zone de Rabieh, montrant les emplacements des maisons du ministre Elias Murr et du général Michel Aoun, ainsi que des photographies de sa maison. Il est apparu que le groupe était dirigé par une personne nommée Antoine Abi Hanna Hanna; le groupe de Hanna inclut des éléments ayant précédemment travaillé pour l'unité «le choc» des Forces libanaises pendant la guerre civile.
Je me permets de faire remarquer que l'arrestation a été effectuée par l'armée libanaise, dont le commandant en chef reste Émile Lahoud, et non par les FSI du ministre de l'intérieur par intérim, Ahmed Fatfat; lesquelles FSI avaient justement été accusées, il y a quelques jours, par Michel Aoun, d'être un organe politique au service du 14 Mars.

Évidemment, si vous faites confiance aux médias occidentaux pour vous informer, vous n'avez jamais non plus entendu parler du réseau terroriste du Mossad démantelé au Liban en juin 2006. Vous n'avez pas non plus entendu parler des silencieux à destination de l'Ambassade des États-Unis à Beyrouth saisies par les autorités libanaises (la fiche Wikipedia sur l'assassinat de Gemayel indique que les tueurs ont utilisé des silencieux; celui qui a placé ce détail anodin sur Wikipedia avait évidemment une petite idée derrière la tête).

Au début des années 90, les forces spéciales des Forces libanaises faisaient leur publicité à la télévision.

Je ne trouve toujours pas de dépêche AFP sur l'arrestation de cette cellule de «forces spéciales» des Forces libanaises; en revanche, la même AFP parvient à évoquer les heurts entre aounistes et phalangistes sans penser que l'arrestation d'un groupe suspecté de préparer l'assassinat de Michel Aoun avait certainement un peu échauffé les esprits... (classiquement, quand on cache les informations qui permettraient de comprendre, on préfère adopter l'axe ethno-religieux, en parlant de «tensions interchrétiennes»).

Ce soir, C dans l'Air, d'un niveau encore plus bas que d'habitude, parvient à consacrer toute son émission (avec Marwan Hamadé et Antoine Sfeir) au Liban et aux assassinats sans jamais évoquer cette «bombe» médiatique qui vient de survenir: la découverte d'un groupe d'anciens spécialistes des actions spéciales des FL réintégrés au service de Geagea en train de s'entraîner au tir avec des armes de précision. Parions que, ce soir, Vincent Hervouët parviendra tout aussi élégamment à éviter le sujet.

J'insiste: c'est un scandale énorme. Les rumeurs et les soupçons autour de cellules des Forces libanaises sont permanentes au Liban depuis la libération de Samir Geagea (entraînement en Irak, entraînement dans le fief de Geagea, armement par les Américains...) Mais c'est, à ma connaissance, la première preuve tangible de leur existence révélée par la presse.

Une enquête internationale sur les activités occultes des Forces libanaises et l'interpellation de Samir Geagea ne sont pas à l'ordre du jour.

25 commentaires:

Samir a dit…

Bonjour,

J'attendais vos infos avec impatience. Avez-vous remarqué que personne ne parle des tueurs ? Ces gens ont surgi d'on ne sait où, ont tiré sur P. Gemayel, l'ont tué puis plus rien. Disparus. Plus aucune info ! On ne sait même pas combien de véhicules (et de quel type) ont participé à l'attentat.
Comment est-ce possible ?

Ouf a dit…

Bonjour et content de vous retrouver.

Il y a une erreur quant a la date affichée su ce blog (23/11), les évènements que vous décrivez ayant eu lieu aprés, comme d'ailleurs l'indique la date de l'article du journal Al-Akhbar: 27/11.

Je suis étonné comme vous qu'il n'y ait pas de couverture internationale de cet évènemment. Je viens de chercher sur Google et Yahoo: rien. Or ce qui n'est pas montré n'existe pas.

Bassem a dit…

Bonsoir
3 précisions :
- terminologie : maghawir sont les forces spéciales de l'armée libanaise, genre commando de l'armée régulière. Les forces spéciales des forces libanaises c'"était" les SADM (littéralement CHOC), groupe d'"élite" de la milice chrétienne.
- vérification, recoupement, etc. : malheureusement pour l'instant aucune source ou déclaration officielles concernant cette arrestation. Les médias proches de l'opposition ont répercuté l'info, pas les autres (normal). Attendons l'information officielle qui ne peut venir que de l'armée ou du ministre de la défense ou d'un juge d'instruction. J'aimerais pas être à la place de celui qui va confirmer cela
- chronologie : les attaques "non armées" contre les locaux et les symboles du courant patriotique libre (dirigé par M.Aoun) ont eu lieu le soir même de l'assisiant de Pierre Gemayel. Il semble que ce soit des FL et non pas des Kataëb qui ont été le fer de lance de cette "attaque" à laquelle M.Aoun a tout fait pour ne pas répondre.
Merci encore d'avoir répercuter une info comme Hervouët ne les aime pas :-) Imaginez vous que Hervouët a osé dire le soir de l'assassinat de P. Gemayel que M.Aoun n'avait pas appelé Amine Gemayel (père de feu Pierre) pour lui présenté ses condoléances alors qu'il est maintenant de notorité publique que Gemayel a refusé de répondre à Aoun ou de le recevoir à Bikfaya (ça lui permet peut être de marquer des points dans la course à Baabda?).

Anonyme a dit…

Y a t'il encore des membres de la famille Gemayel en politique?
Existe t'il un Patrick Gemayel, ou ai-je mal lu un article sur le web?

Albert a dit…

Votre post est excellent comme d'habitude, et vos dessins remarquables et criants de vérité.

Une autre information passée sous silence par les médias est le caractère controversé du ministre assassiné, et notamment son discours ouvertement raciste de l'an dernier lorsqu'il avait dit que "les musulmans ont la quantité, alors que les chrétiens ont la qualité."

La presse française n'a pas non plus signalé que le grand père de Pierre Gemayel était un admirateur d'Hitler et que son père Amine a été impliqué dans de nombreux scandales de corruption (affaire des avions Puma, affaire des passeports libanais vendus aux palestiniens, racket à la protection avec sa milice personnelle dans le Metn, milice appelée l'ASU...) Amine est devenu pour les Libanais le symbole parfait de l'enrichissement illicite des politiciens libanais.

Nidal a dit…

Y a t'il encore des membres de la famille Gemayel en politique?

Sauf erreur de ma part, il y a Solange, la femme de Bachir, qui est encore active en politique. Elle consacre semble-t-il beaucoup d'efforts à promouvoir son fils (le fils de Bachir, donc) sur le terrain politique.


Et Amine a un autre fils, Sami (le frère du ministre assassiné il y a quelques jours, donc). J'ai évoqué ce dernier dans mon article précédent.

J'ai cru comprendre que la famille était désormais très divisée politiquement.

Nietzsche a dit…

Sauf erreur de ma part, la famille Gemayel est divisee de longue date.
Des la fin des annees 70 lorsque
Pierre(le grand pere)oeuvrait a l'intervention Syrienne contre l'OLP au Liban, Bechir rejetait tout rapprochement avec la Syrie fit alliance avec Israel.

Ibn Kafka a dit…

Solange Gemayel, veuve du regretté humaniste libre-penseur Bechir Gemayel, est non seulement active en politique, mais elle a été élue députée à Beyrouth en 2005, sur la fameuse liste unique qui regroupait tous les principaux partis libanais, des Forces libanaises au Hezbollah en passant par Kataëb, Moustakbal, Tayyar et PSP. On peut donc sans craindre d'être contredit présenter Solange Gemayel (qui d'ailleurs, si ma mémoire ne me trahit, était sous étiquette des Forces libanaises et non pas Kataëb) comme colistière du Hezbollah... :-(

Ibn Kafka a dit…

Esprit d'escalier: j'ai relevé les "coïncidences" (http://www.blog.ma/obiterdicta/index.php?action=article&id_article=11943 ) entourant le meurtre de Gemayel, même si le point du silencieux destiné à l'ambassade étatsunienne et saisi par la poste libanaise me paraît vraiment trop bizarre pour être pris pour argent comptant.

Un détail fort troublant: à supposer que l'on mette la prescience de Samir Ja'ja (liée à l'épisode que tu évoques dans ce billet) au compte du hasard, notons que Pierre Amine Gemayel aurait libéré son escorte officielle juste avant d'être assassiné, n'étant accompagné que de ses gardes du corps privés. Les tueurs ont eu sacrément de la chance de tomber sur lui ce moment-là...

Anonyme a dit…

Un article aujourd'hui dans le Courrier international, "Des armes israéliennes retrouvées chez des militants chrétiens"
http://www.courrierinternational.com/article.asp?obj_id=68593

Ibn Kafka a dit…

Nietzsche; c'est vrai sur les divisions de la famille Gemayel, Amine et Bechir étaient à couteaux tirés, et à la mort de Bechir Amine eut bcp de mal à se faire rallier les partisans de son frère, d'où je crois le split entre Forces libanaises et la Phalange...

Sophia a dit…

1- Geagea n'aurait jamais dû sortir de prison dans la peau d'un héros.

2- En 2005, un jour avant sa sortie, à dix minutes de voiture de son fief de Bcharré, une dame m'a avoué que 'les gens ici ont peur, ils n'osent plus rien dire et trouvent bizarre que les rues de Bcharré soient ornées de grandes photos de Saad Hariri'.

3- Un des buts de l'invasion israélienne cet été était de pousser les libanais à la guerre civile.

4- Les FL de Geagea n'accepteront jamais le processus démocratique au Liban. Geagea est un illuminé. Si Aoun et le hezbollah obligent le gouvernment actuel de Siniora a suivre le processus démocratique c'est la guerre D'ailleurs aujourd'hui sur Open lebanon, un titre: 'Siniora déclare qu'il reste au gouvernement pour prévenir la guerre civile' Convenable, non ?

- Le 14 mars essaiera donc de se maintenir grâce à ses brutes en menaçant de guerre civile.

Joli non ?

Nidal a dit…

@Sophia. Tiens, en parlant de OpenLebanon, je signale qu'ils m'ont viré de leurs listes. Jusqu'à une époque récente, ils référençaient mes billets, mais maintenant, non.

Il y a un problème avec les dates dans le feed RSS de Blogspot, semble-t-il, mais tout ce que j'ai reçu comme explications de leur part, ça a été un message d'insulte dans un forum, adressé à quelqu'un d'autre que moi (genre «on sait qui tu es pour de vrai»), et qualifiant ma prose d'ordurière.

Charmant.

Sophia a dit…

Nidal,

Moi aussi ils m'ont viré de leur site. En fait comme site opposé à leur vues étroites uls ne maintiennent que les niouzes que je trouve parfois bon mais la plupart du temps embarrassant comme voie de l'opposition au 14 mars.
Je n'ai même pas pris la peine de leur écrire. J'ai aussi visé l'auteur de Beirut spring (sunnite pro-Harir de Tripoli) comme ayant une couverture jubilatoire de l'événement de l'assassinat de Pierre Gemayel et il m'a répondu sur mon post 'political assassinations...' que la jubilation va continuer et qu'entre temps il fallait que je revienne sur terre.

Les couteaux sont sortis, c'est le moins qu'on puisse dire.

Logarithmian a dit…

Ce qui me parait complétement hypocrite c'est que ce sont les même personne, qu'il y a quelques mois, se fichaient royallement des libanais, qui ont laisser plus que 1.300 civils libanais se faire assassiné, en armant et protégeant les tueur et en bloquant tout effort de paix, afin d'offrir aux aggresseur le temps de faire le plus de mal au Liban ... Ce sont ses personnes là même, qui maintenant, veulent nous vendre leur "Amour du Liban" et nous convaincre qu'ils sont tellement obsédé par le bien-être des libanais, qu'ils ne ferment plus les yeux la nuit.

Les meurtres sont biensûr à condamner le plus fermement possible, et il faut laisser la justice faire son travail, au lieu de lui dire qui soupçonner ou qui ne pas soupçonner, mais la question qui se ponse : C'est quoi le plus important , la vie de 2 politiciens libanais, ou la vie de 1.300 civil ?
Les enfants de Qana ne méritent-ils pas qu'un tribunal international se penchent un peu sur leur cas, afin de d'identifier les responsables et de les traduire devant la justice ?

Anonyme a dit…

L'Orient Le Jour http://www.lorient-lejour.com.lb/page.aspx?page=article&id=327952 "il y a 17 heures" (Google):

"Geagea regrette « le niveau déplorable de certains médias »",

"Tout en regrettant de « devoir aller dans les détails en raison de la prostitution politique de certains », Samir Geagea a révélé que la personnalité non politique en question (le directeur général de la LBCI en l’occurence, Pierre Daher) était invitée, au même titre que la journaliste May Chidiac, à un dîner au domicile de Jacques Sarraf, ancien président de l’Association des industriels, à Rabieh. « Et c’était le plan du chemin qui mène à cette maison que les hommes avaient sur eux et non des plans de la maison du général Michel Aoun ! » a précisé M. Geagea."

Sophia a dit…

Des histoires sur L'assassinat de Pierre gemmayel ont émergé sur Angry Arab aujourd'hui. Parmi elles à noter deux:
Sami serait interrogé dans l'affaire de l'assassinat de son frère.
Geagea aurait téléphoné à Pierre pour l'inviter à luncher et lui aurait demandé de venir seul sans sa gardee habituelle. Pierre , selon Fatfat, aurait demandé un allègement dans sa sécurité ce jour là.

Je ne sais s'il faut croire tout cela mais ojn est dans le royaume de l'absurde au Liban.

De plus, sur Tayyar, des infos supplémentaires sur les hommes des FL arrêtés par l'armée libanaise avec des armes Israéliennes at américaines et une carte menant à la maison de Michel Aoun ainsi. Il y aurait eu des aveux et il semblerait que ces hommes s,entrapinaient sur un mannequin et qu'ils étaient censés couper la route à un convoi pour viser une personnalité politique, un déroulement similaire à celui de l'assassinat de Pierre Gemmayel.

Nietzsche a dit…

Merci Kafka,

A propos de divisions chez les Gemayel et de freres a couteaux tires, il semble que Sammi Gemayel soit suspecte d'etre implique dans l'assassinat de son frere.

La presse ne fait toujours pas etat des arrestations de membres presumes des FL qui seraient passes aux aveux. Mais continue de mentionner systematiquement les soupcons pesant sur la Syrie.
A mon humble avis, si des Syriens sont impliques, il y fort a parier que ce sont des allies Syriens du 14 mars comme Khaddam & Co.

Nidal a dit…

@Nietzsche («il semble que Sammi Gemayel soit suspecte d'etre implique dans l'assassinat de son frere»)

À ma connaissance, cette information n'a été publiée que par Angry Arab, qui était en train de beurrer ses tartines en regardant la télé (New TV).

Voici le texte de cette brève de Angry Arab:

«Noyé dans la diffusion de ce matin des informations sur New TV, il y avait un sujet selon lequel Sami Gemayel (le frère de Pierre Gemayel) faisait l'objet d'une enquête sur sa possible implication dans l'assassinat de Pierre. Cela disait que l'enquête se basait sur des enregistrements de téléphone portable. Il a été interrogé hier par le juge Said Mirza, le juge en charge de l'enquête.»

Personnellement, ça me semble bien léger comme information. Et même s'il a été «interrogé» par le juge, cela me semble assez normal d'interroger les proches de la victime, sans pour autant que cela signifie qu'ils soient suspectés.

Nietzsche a dit…

J'aurais en effet du me montrer plus prudent quant au serieux de cette "information". En lisant la contribution de Kafka, la nouvelle me semblait tres a propos.

Plus serieusement, je pense que la position d'Amine Gemayel merite une lecture serieuse. Le meurtre de son fils s'est suivi d'une ouverture vers l'opposition. Apres avoir rencontre Omar Karame, il est le premier membre de la coalition du 14 mars a approuver l'idee d'un gouvernement d'union nationale.
Il avait en premier lieu accuse le regime Syrien d'etre derriere l'assassinat de son fils. De ce fait il est surprenant qu'il puisse avoir des echanges constructifs avec un ancien ministre aussi proche de Damas.

Anonyme a dit…

A lire votre article approximatif comme jamais, les syriens et leurs alliés ne sont responsables d'aucun crime, n'ont jamais pratiqué d'exécution sommaire.

Quand on est aussi empreint de certitudes ineptes sans jamais poser plusieurs hypothèses, c'est qu'on a un parti pris.

Et ce parti pris est forcement injuste et faux.

Quand à Aoun, il me donne plus l'impression qu'un Pétain qu'un De Gaulle.

Sans rancune. J'espère simplement que les lecteurs ne se laisseront pas embobiner par votre doctrine.

Anonyme a dit…

Bravo, commentaires bien fondés! Mais vous avez oublié que Le chef des FL a tué aussi Ysaak Rabin, Rafic Hariri, pour quoi pas aller plus loin et tuer Jesus... Sans oublier que le seul pauvre innocent de ce pays c'est le général farfoure zanbo maghfour!!!

Zakariallkekleklé a dit…

C'est bien beau tout ca et ce n'est un secret pour personne que de dire que les chrétiens sont aujourd'hui déchirés...MAIS vous parlez des scandales en région chrétienne et d'une juste cause de l'opposition...pourkoi pas...
n'est-ce pas cette meme opposition ki était a l'origine de la guerre de juillet? (c une noble cause que d'aller choper des Israeliens derriere la frontiere ki attendaient ke ca surement d'ailleurs). ki a accepté la 1701 et a refusé de désarmer juste apres le cessé lfeu (ca c malin aussi ca peut tjs servir des armes ... et là c pas ke des M16 enfin je pense...)? sans parler de cet obsédé du siège (girouette) aux idéaux jadis "honorables"...un peu d'impartialité S.V.P tout n est pas tout blanc ou tout noir...merci
NB: as safir (journal pro Syrien)pays pas trop réputé pour la liberté de presse...
Signé par un Libanais ki n a pas pu rentrer chez lui cet été...

l'homme dans la lune a dit…

Les Forces libanaises reprennent un article de l'Orient Le Jour qui contient des accusations aussi sinon plus graves de préparation d'attentats contre le PNS, qu'en pensez vous?
http://www.forces-libanaises.com/index.php?id=52&tx_ttnews[tt_news]=23520&tx_ttnews[backPid]=28&cHash=c607ba0871,

Anonyme a dit…

En reponse a "Existe t'il un Patrick Gemayel, ou ai-je mal lu un article sur le web?"

Oui il en existe un, c'est moi, tu as bien lu l'article. Je suis musicien dans un groupe qui a fait un peu de bruit sur la scene internationale, donc quand tu recherche "gemayel" tu tombes parfois sur des articles qui parlent de moi.

Mais je ne fais pas du tout de politique et nous sommes assez loin de la famille du president, bien que nous soyons aussi de Bikfaya...

Patrick Gemayel