a

23 juin 2008

L'agression d'un amateur de poings américains

Bien sûr, l'agression d'une jeune homme en plein Paris est dramatique. Bien sûr, si l'agression est antisémite ou raciste, elle est d'autant plus scandaleuse.

En revanche, le cirque médiatique qui se met en place en quelques heures, l'ouverture des journaux télé sur cette affaire depuis 24 heures, l'intervention immédiate des politiques... tout cela provoque une certaine gêne.

Par exemple, il faut creuser un peu pour trouver cette dépêche de l'AFP reproduite sur le site de Libé:

Le jeune juif, violemment agressé samedi dans le quartier des Buttes-Chaumont, à Paris (XIXe), avait été interpellé «après des incidents à caractère intercommunautaire» avec un autre groupe de jeunes d'origine maghrébine, le 9 décembre 2007. La rixe avait eu lieu en marge d'une manifestation à Bercy, à Paris, pour la Hanouka, la grande fête juive de fin d'année.
L'adolescent avait été placé en garde à vue en compagnie de trois camarades. Lui et ses camarades avaient été trouvés porteurs de poings américains et «autres projectiles de défense». Ils n'avaient pas été écroués.

Une procédure judiciaire avait été ouverte pour ces faits qui est «toujours en cours», a indiqué la même source.
Par ailleurs, selon la même source, les Renseignements généraux (RG) ont fait état dans des notes et rapports, de «plusieurs tensions et vifs incidents à caractère communautaire», depuis 2006, notamment dans quartier des Buttes-Chaumont où le jeune homme a été passé à tabac, à coups de barre de fer.
Voilà qui n'est pas forcément aussi médiatiquement accrocheur que l'affirmation selon laquelle la victime «a été victime d'une agression parce qu'il portait une kippa...». Cette mention de «plusieurs tensions et vifs incidents à caractère communautaire» apparaît également dans une interview du rabin loubavitch Mendel Samara:
La semaine, tout se passe bien. En revanche, le week-end, pendant le shabbat, le quartier des Buttes-Chaumont, et surtout le parc, devient assez difficile. Les regards des différentes bandes organisées se croisent. Cette tension permanente rend les dérapages possibles. D'autant plus qu'il y a une animosité provoquée par les frustrations, les incompréhensions et le manque de dialogue dans ce quartier.
Selon Le Figaro:
Par la voix de son président, Raphaël Haddad, l'UEJF se dit «très préoccupée» par les bagarres à répétition ces dernières semaines entre bandes organisées, notamment au parc des Buttes Chaumont.
Bandes organisées? Un jeune juif déjà arrêté avec un poing américain, passé à tabac non loin des Buttes Chaumont samedi soir, un rabin local indiquant que, pendant le shabbat, dans le quartier, les bandes organisées se défient?

Il faut relire les déclarations des politiques depuis 24 heures, il faut voir l'émotion médiatique, il faut observer ces «envoyés spéciaux» des journaux télés qui sont au chevet du jeune amateur de poing américain (littéralement: ils sont postés devant l'hôpital et nous infoment, heure par heure, de son état de santé). Il faut voir cela, et comparer: avec l'occultation quasi totale de la possibilité des conséquences d'affrontements entre une bande organisée juive (genre Betar, LDJ...) et d'autres bandes organisées (conséquence même indirecte: si un groupuscule type Betar ou LDJ sévit dans le quartier, malheureusement tout juif devient une cible pour les tarés d'en face), ou encore avec l'absence de réaction (ou cirque médiatique) suite à d'autres agressions dans Paris (l'indignation médiatique à deux vitesses étant certainement un élément aggravant à ce type de tensions, chacun se rêvant en «ligue de défense» communataire).

[Ajout lundi soir 23 heures] Signalé par un participant au forum, cette dépêche de l'AFP:
Le patron d'un bar-tabac situé près du lieu de l'agression a évoqué lundi sur RTL un "règlement de comptes entre petites bandes" plutôt qu'une agression antisémite. "Aux alentours de 18H00-18H30, il y a un groupe de jeunes juifs qui sont arrivés, ils étaient approximativement une vingtaine qui se sont dirigés vers le square au niveau de la rue Petit et qui sont allés directement agresser des jeunes et puis après, il s'en est suivi une altercation assez violente", a déclaré l'homme, qui n'a pas donné son nom mais qui affirme avoir été témoin direct de la scène.

"Il y a eu des jets d'objets, moi, j'étais là en train de baisser mes rideaux métalliques de peur que ma vitrine soit endommagée, ils se sont tous sauvés, à priori ils auraient laissé un de leur amis à terre" a-t-il ajouté.
Publié à peu près au même moment (22 heures), un billet de Reuters suggère que l'emballement médiatique est en train de se retourner: «Incertitudes après l'agression d'un jeune juif à Paris».

[Ajout mardi matin, 10h] Brève du Figaro: la «manifestation pour la Hanouka» n'est plus exactement une célébration religieuse:
Le 9 décembre dernier, Rudy avait participé à une manifestation dans le parc de Bercy à Paris en soutien aux trois soldats israéliens enlevés par le Hezbollah. À l'issue de ce rassemblement, il a été interpellé pour «violences volontaires avec arme par destination» et placé en garde à vue. Il ferait l'objet d'un contrôle judiciaire.
Casser du bougnoule après une manifestation contre le Hezbollah, ça n'est pas exactement mon idée de la fête, mais bon... le Figaro précise:
Selon des sources informées, il est proche de la Ligue de défense juive comme du Betar, ce dont se défendent ces mouvements.

15 commentaires:

Jean-Michel a dit…

ce blog devient vraiment un fourre tout débile... Rezo.net devrait vraiment lire avant de mettre en ligne ces posts, ultime étape avant le délire total.

schlomoh a dit…

voici ce que j'ai écrit dans le même sens que vous

Agression du 19 e arrondissement

Un jeune homme de 17 ans est dans le coma suite à une agression à Paris, près des Buttes-Chaumont, voilà pour les choses certaines.

Comme souvent dans ce genre d’affaires, les commentaires à l’emporte-pièce n’attendent pas la vérification par la police et la justice.

C’est ainsi que le caractère antisémite de l’agression est dénoncé vu que le jeune homme aurait porté une kippa.

Mais on apprend aussi, du côté policier, que la victime aurait déjà eu affaire à la police comme manifestant violent pro-israélien.

Quel que soit le motif de l’agression, elle est évidemment condamnable. S’il s’avérait que la religion supposée de la victime était en cause, ce serait encore plus condamnable en tant qu’acte antisémite.

Mais s’il est confirmé que la victime était un activiste sioniste violent, il faudrait reconsidérer le caractère prétendu antisémite de l’agression (certes l’agression resterait tout aussi condamnable), à moins de confondre, comme les institutions juives majoritaires et leurs amis, antisémitisme et anti-israélisme ou antisionisme.

Cette confusion n’existe pas que du côté de certains antisionistes. Elle est constamment alimentée par Israël même (Etat « juif », armée « juive », etc.) par les institutions juives majoritaires pro-israéliennes et leurs amis sionistes.

Attendons le résultat de l’enquête, au lieu de verser de l’huile sur le feu. Et gardons nous de confondre juif et israélien, juif et sioniste.

Il y a aussi des Israéliens et des juifs antisionistes !

Houari B a dit…

Jean Michel, si vous développiez un peu votre propos. Je ne vois pas ce qu'un article basé sur une dépêche d'agence peut ressembler à un délire.
A moins que ne pas hurler avec les loups soit un délire. Si cela est bien cela je pense que vous ne comprenez pas la vocation du portail ... des copains.

ps : Merci Nidal, cette dépêche m'avait échappé

Lili a dit…

Salut Nidal, décidément ton blog m'est devenu indispensable. J'étais tellement écœurée par la médiatisation de cette affaire que j'ai cessé rapidement de lire les dépêches sur le sujet. Mais ton article fait un point très intéressant sur cette histoire. Tu sais, j'habite dans le quartier où le type s'est fait agresser, je n'ai jamais croisé de bandes se disputant un territoire, mais par contre je les ai vu plus d'une fois les mecs du bétar et autres Ligues de défense juive. A chaque manif pour les droits du peuple palestinien, la colonisation, contre le massacre de 2006, je les vois, ils sont là, ils agressent les manifestants, et les flics présents se contentent de faire écran entre eux et nous, ne réagissant jamais aux gaz lacrymogènes ni aux agressions. Quand je les interpellais ils me disaient avoir ordre de ne rien faire. Je ne te dis pas le dégoût que je ressens à chaque fois et ça des années que ça dure, d'ailleurs je ne vais quasiment plus à ces manifs à cause de cela. En 2003, ce sont de véritables chasses à l'arabe qu'ils ont organisé en marge d'une manif du crif, tabassant tel père de famille arabe parce qu'il passait par là, envoyant à l'hosto tel journaliste espagnol, poignardant un commissaire de police! Le lendemain, j'ai acheté tous les journaux , j'y trouvé deux petites lignes dans Libé et le Monde qui annonçaient timidement le mot "bétar" et signalant quelques échauffourées, et sur Libé le même jour un portrait élogieux du président du Crif (alors Cukierman connu pour se prendre pour l'ambassadeur d'Israël et qui est intervenu directement auprès des flics pour la défense du facho auteur de l'agression contre le flic). Voilà où on en est. Je connais un type (arabe) qui s'est fait gravement tabasser par ces fachos et lui ne se promène pas avec des poings américains, il a été hospitalisé, garde de graves séquelles, et évidemment, personne n'en a rien su, les Français ne savent même pas dans leur immense majorité qui sont ces bétar et autres LDJ, dans quelle tradition d'extrême droite ils se situent, quelle haine raciale antiarabe ils promeuvent, des groupes paramilitaires racistes qui agissent sans être inquiétés, c'est hallucinant. Quand la ligue arabe européenne qui voulait surveiller les flics auteur de bavures a vu le jour, ça été un tollé ahurissant pourtant il ne s'agissant pas d'une police. Je ne défends pas du tout ce type de groupe néanmoins, qu'il sot arabe ou juif. Mais on voit bien la encore le deux poids de mesure scandaleux à l'oeuvre.

Soufiene a dit…

Et bein le conflit israelo-Palestiniens est trop instrumentalise en France. La France vit ce conflit comme un pays du proche orient. Ce sont les medias et les politiciens qui ont importe ce conflit et l'on implemente dans les tetes. Ils ont bien sure su exploiter la configuaration sociale: vote juif, vote musulman. Ca se trouve comme par hazard, Sarkozy et en Israel aujourd'hui! En plus on lui demande d'intervenir pour un soldat Francais emprisonne par Hamas! un certain shalit, la France est elle en guerre avec le Hamas? Ah oui, justement, c'est un "Francais" qui bosse dans l'armee Israelienne!

Anonyme a dit…

il faut parfois laisser décanter les choses avant de crier à la débilité ou au délire :


Agression: témoignage d'un patron de bar
Source : AFP
23/06/2008 | Mise à jour : 21:11 |

Le patron d'un bar-tabac situé à quelques mètres du lieu de l'agression d'un jeune juif samedi, a évoqué au micro de RTL un "règlement de comptes entre petites bandes" plutôt qu'une agression antisémite. "Aux alentours de 18H00-18H30, il y a un groupe de jeune juifs qui sont arrivés, ils étaient approximativement une vingtaine qui se sont dirigés vers le square au niveau de la rue Petit et qui sont allés directement agresser des jeunes et puis après, il s'en est suivi une altercation assez violente" a déclaré l'homme, qui n'a pas donné son nom mais qui affirme avoir été témoin direct de la scène.

"Il y a eu des jets d'objets, moi, j'étais là en train de baisser mes rideaux métalliques de peur que ma vitrine soit endommagée, ils se sont tous sauvés, à priori ils auraient laissé un de leur amis à terre", a ajouté l'homme.

Lili a dit…

Tiré de la dernière dépêche en date:

"En déplacement en Israël, le président Nicolas Sarkozy a réitéré lundi la version d'un acte antisémite.
"J'ai été particulièrement choqué de ce qui est arrivé à un jeune Français il y a quelques jours sous le seul prétexte qu'il portait une kippa. Une bande de voyous l'a agressé", a dit le chef de l'Etat lors d'une rencontre avec les Français d'Israël.
"Qu'on parte pour vivre en Israël par conviction, je respecte profondément ce choix. Mais je n'accepterai pas qu'un seul Juif de France parte parce qu'il a peur, parce que les Juifs de France sont les bienvenus en France qui est leur pays" a-t-il ajouté."

A part ça, c'est nous qui inventons le "délire"...

Yenayer a dit…

Cela choque donc Mr Jean Michel de dire que ce jeune a été agressé non pas parce qu'il portait une kippa, mais parce qu'il fait partie d'une bande.

Anonyme a dit…

Cette agression n'est pas dramatique. Elle est logique. Comme il faut s'attendre a être blessé/tué lorsque vous entrez à l'armée, le coma est un effet secondaire probable de l'appartenance à une bande qui pratique la ratonnade, comme la LDJ, pitoyable copie de l'ADL américaine, la pratique régulièrement. Il était tout simplement du mauvais coté de la barre à mine. Ce jour-là. On peut suspecter qu'une victime de l'autre côté aurait généré moins de gesticulations médiatiques.

Nidal a dit…

Attention à ne pas s'emballer dans l'autre sens: les éléments que j'ai rassemblés dans mon billet ne me semblent pas permettre de conclure de manière définitive. Les brèves et les dépêches que je cite utilisent des témoins anonymes et fournissent peu d'informations.

Ca donne une faisceau d'indications qui semblent cohérents, cela me semble largement suffisant pour ne pas partager la thèse médiatique des derniers jours sans la questionner, mais je me méfierais tout de même avant de tirer des conclusions définitives dans l'autre sens.

quidam31 a dit…

Les agressions, les affrontements violents entre bandes de jeunes cons, communautaires ou non, sont malheureusement relativement fréquentes. Ce qui me navre le plus, c'est la façon avec laquelle les médias sont allés s'engouffrer dans le sensationnalisme sans réfléchir plus que ça, et alimentent ainsi les psychoses de part et d'autre (paranoïa pour les uns, ressentiment pour les autres, voire les deux pour tous).

Anonyme a dit…

Agression d'un jeune juif: une bagarre entre bandes, selon un cafetier (TEMOIGNAGE)
24-06-2008 14:04:06


PARIS, 24 juin 2008 (AFP) - Le patron du bar-tabac du Rhin, dans le XIXe arrondissement de Paris, situé à quelques mètres du lieu où un jeune juif a été agressé samedi, a affirmé mardi avoir vu "une bande de jeunes juifs, dissimulant des objets" se diriger vers le square Petit où une bagarre a éclaté.

"Il était 18H00 ou 18H30, je fumais une cigarette dehors, j'ai vu passer une vingtaine de jeunes juifs très excités, ils disaient +on va les taper, on va les niquer+ ils sont allés vers le square et la bagarre a commencé", a rapporté à l'AFP M. Mourad Arifa, la trentaine, qui ignorait alors les personnes visées par ces jeunes.

"Ca a été très rapide, ça duré 5 à 10 minutes, il y a eu des jets d'objets, j'ai baissé mes rideaux métalliques pour pas que ma vitrine soit endommagée", ajoute-t-il.

Un client du bar, Daniel Chevallier, qui habite au 4e étage d'un immeuble surplombant le square où l'agression s'est produite, raconte la suite: "J'ai entendu des cris, je me suis mis à la fenêtre et j'ai vu des gens éparpillés dans le square qui se battaient, ça courrait partout, au début il y a plus de juifs que de noirs, puis d'autre noirs sont arrivés et le rapport de force s'est inversé, et les juifs sont partis, abandonnant un de leurs copains".

"Le seul qui est resté est un jeune juif tombé entre deux voitures, il a été frappé, un type lui a sauté à deux pieds dessus. Avec mon voisin à la fenêtre, on a crié plusieurs fois aux agresseurs d'arrêter, on a appelé les pompiers et les flics, les pompiers sont arrivés 10 minutes après, les flics 40 minutes après", ajoute ce colosse tatoué. Il précise que certains juifs portaient des kippas, d'autres non, que d'autres avaient des casques: "ils sont peut-être venus en scooter, on n'en sait rien".

Pour Mourad Arifa "c'est un règlement de compte entre petites bandes qui trafique du haschisch: je le sais", dit-il, "parce que je vends du papier à rouler les cigarettes aux membres des deux communautés, mais ils n'achètent jamais de tabac".

Sophia a dit…

Tout est dit dans cet article du monde accréditant la thèse de guerre de gangs:
Selon un témoin, Rudy H. n'était pas seul lors de son agression.
Le jeune homme était sous contrôle judiciaire pour des incidents commis en décembre, il devait par ailleurs comparaître devant le juge ce jour-là.

Byblos a dit…

Le plus tragique pour la France, c'est que son Président (eh oui! Son Président, même si de Gaulle doit de retourner dans sa tombe) a récupéré démagogiquement cet incident en l'interprétant de la façon la plus «people» et la plus simplette devant un parterre israélien qu'il voulait séduire à n'importe quel prix.

Pauvre France!

Cédric a dit…

Autant je partage nombre de vos analyses, autant celle-ci -quoique certains média pratiquent bien un traitement à deux vitesses des agressions- ne me parait pas tout à fait juste.

Quels que soient les antécédents du jeune homme, il s'agit bel et bien d'un passage à tabac d'un individu isolé, par une bande de jeunes violents. Si non, coma il n'y aurait pas.

Deuxièmement, quand un jeune à croisé le regard haineux ou les menaces d'une bande, comment peut-on lui reprocher de mettre la main sur quelques objets susceptibles de lui permettre de se défendre ou simplement d'effrayer ses assayants potentiels.

S'il fait partie d'un groupe violent, la possession de ces objets prend certes un tout autre sens. Ce qu'il est donc important de déterminer, c'est si ce groupe qui l'entoure s'est constitué en réaction à une menace récurrente (ce que semble indiquer le rabbin que vous citez) ou en vue de procéder à des descentes de "nettoyage". La dernière éventualité me semble peu plausible. Il est évident qu'aucun groupe de jeunes juifs ne s'aventurerai à ça, contrairement à la "descente de la rue des rosiers" effectué par le KKK noir de Capochichi (dit Kemi Seba). Je le dis d'autant plus tranquillement que j'ai grandi moi-même en banlieue et que la moitié de mes potes sont d'origine maghrébine ou sénégalaise...

Pour dire les choses clairement, la haine anti-juif s'est développée chez les jeunes français d'origine maghrébine et les jeunes noirs et ceux-ci passent plus facilement à l'acte. Même certains "grand-frères s'en inquiètent". Poser ce constat n'est pas un propos raciste mais réaliste. Si l'on se voile la face sur ce point, on ne résoudra jamais ce problème.

Si vous doutez de tout cela, rien de plus simple: posez une kippa sur le haut de votre crâne et allez faire un petit tour à Courbevoie ou dans les parages.

Même si ces actes sont le fait de jeunes précarisés et stigmatisés, on ne peut pas laisser passer ou minorer les faits en chantant le refrain de la diabolisation médiatique.

Voilà pour ma petite incursion en "problèmes" français depuis le Beyrouth où je suis, loin de ces considérations, bercé par la beauté des femmes libanaise... (cf mon blog)

Cordialement,