a

22 juillet 2008

L'augmentation de la tuberculose est liée aux prêts du FMI

Aujourd'hui dans le New York Times: «L'augmentation de la tuberculose est liée aux prêts du FMI», par Nicholas Bakalar. Comme je ne suis pas persuadé que nos médias vont beaucoup en causer (en ce moment, c'est plutôt la saison des sujets Paris-Plage), je vous livre une traduction maison:

Une nouvelle étude vient de découvrir que la rapide augmentation du nombre de cas de tuberculose en Europe de l'Est et dans l'ancienne Union soviétique est fortement corrélée à l'obtention de prêts de la part du Fond monétaire international (FMI).

Les critiques du Fond ont suggéré que ses exigences financières amènent les gouvernements à réduire les dépenses de santé pour pouvoir obtenir les prêts. Ceci, indiquent les auteurs, aide à comprendre le lien établi par leur étude.

Le Fond réfute fermement cette conclusion, affirmant que les anciens pays communistes seraient dans une situation bien pire sans les prêts.

«La tuberculose est une maladie qui prend du temps pour se développer», indique William Murray, un porte-parole du Fond, «donc l'augmentation des taux de mortalité est certainement liée à quelque chose qui est intervenu avant les financements par le FMI. C'est seulement un bidonnage scientifique».

Les chercheurs ont étudié les statistiques de santé dans 21 pays et ont découvert que l'obtention d'un prêt du FMI était associée à une augmentation de 13,9% du nombre de cas de tuberculose chaque année, de 13,3% du nombre de personnes vivant avec la maladie et de 16,6% du nombre de décès dus à la tuberculose.


L'étude, qui est publiée mardi dans le journal PLoS Medicine, a contrôlé statistiquement un certain nombre d'autres facteurs qui influent sur les taux de tuberculose, notamment la prédominance du sida, les taux d'inflation, l'urbanisation, les taux de chômage, l'âge de la population et l'amélioration du suivi médical.

Le coordinateur de l'étude, David Stuckler, un chercheur associé de l'université de Cambridge, l'a défendue contre les critiques du Fond, indiquant que les chercheurs avaient vérifié si l'augmentation de la mortalité n'avait pas pu provoquer l'obtention des prêts plutôt que l'inverse.

Au contraire, ils ont découvert que l'augmentation de la mortalité par la tuberculose suivait le prêt; chaque pourcent supplémentaire de prêt est liés à une augmentation de 0,9% de la mortalité. Et lorsqu'un pays quitte un programme de financement du FMI, les taux de mortalité chutent de 31% en moyenne.

«Lorsque vous trouvez une corrélation, vous levez un sourcille», explique M. Stuckler. «Mais quand vous trouvez plus de 20 corrélations dans la même direction, vous commencez à établir un fort lien de cause à effet.»

2 commentaires:

Hub a dit…

Bonjour,

Vos textes sont toujours aussi intéressants. Y compris comme ici quand vous sortez de votre territoire libanais de prédilection.

Si on faisait un même travail de recoupement aussi pointu pour la santé en France je pense que l'on mettrait aussi en évidence une corrélation entre une dégradation moyenne de la santé et la précarité sociale.

Je donne du temps libre à une association caritative. C'est dans ce cadre que je suis une population jeune survivant de petits boulots temporaires, compensant des revenus maigres et irréguliers en vivant en squatt, sous la tente, dans la voiture ou à plusieurs dans un logement pour une personne. Je ne cesse d'être retourné par le très mauvais état sanitaire de ces jeunes. Un état qui n'a rien de commun avec le pays riche où nous vivons.

Hubert

cultive ton jardin a dit…

Avez-vous des chiffres concernant le Vietnam?