a

16 mai 2008

Le monde entier, à l'exception de tous les autres

Dans L'Orient-Le Jour:

[...] la direction du PSNS a indiqué, dans un communiqué, que «les images du massacre de Halba sont plus sincères que ses discours. Et le monde entier est témoin de l’horreur de ce massacre». Le communiqué a poursuivi que «la réponse de Hariri à la télévision al-Manar ne l’empêche pas de porter la responsabilité, car nous sommes les martyrs».
C'est là une situation exemplaire. Vraiment exemplaire.

Le gars du PSNS pense que «le monde entier est témoin de l'horreur [du] massacre [de Halba]». Il n'a pas de raison de douter que ce soit le cas: depuis quelques jours, les images (insoutenables) de ce massacre circulent sur Youtube et ont été diffusées par Al-Manar (la chaîne de Hezbollah).

Selon le commentaire qui accompagne ces images, il s'agit de membres du PSNS lynchés par des militants du clan Hariri. On y voit des hommes blessés entassés avec des cadavres, sur lesquels une petite foule s'acharne jusqu'à la mort.

Description par Al-Manar:
Meanwhile, Al-Manar and other TV stations broadcasted on Tuesday footage of a massacre in the making in the Halba village by Saad Hariri's Mustakbal militiamen against members of the Syrian Socialist Nationalist Party (SSNP). The horrific footage showed the barbaric and brutal nature of the perpetrators. The footage showed how some executed SSNP members were lying on the ground, while others were still dying. Hariri's Mustakbal militiamen were beating up those dying. In the footage, heavy stone blocs with sharp edges were seen saturated with blood. A young man, still in his 'teens, was dying and coughing blood out of his mouth. This cruel crime took the life of eleven young men.
Nul ne peut réellement ignorer ces images de barbarie, même dans le camp de la majorité, puisque Saad Hariri s'est défendu, prétendant qu'il s'agissait d'une manipulation, et que ce sont les membres du PSNS qui s'étaient en fait attaqués à une manifestation pacifique (on n'insistera pas trop sur la contradiction de cette explication: «c'est une manipulation, ce ne sont pas des membres du PSNS qui sont lynchés par des militants Hariri, et de toute façon ils l'ont bien cherché, puisque ce sont les membres du PSNS qui ont attaqué les militants Hariri en premier»).

J'ai reçu les liens vers ces vidéos dès le premier jour, elle circule toute vitesse sur FaceBook, dans les blogs, c'est évoqué sur Syria Comment, Angry Arab et les autres et c'est montré (au moins) sur Al-Manar; bref ça fait beaucoup de bruit.

Et là où c'est particulièrement sidérant, c'est que si chacun dans le monde arabe a entendu parler de cette image et que le PSNS croit pouvoir annoncer que «le monde entier est témoin de l’horreur de ce massacre», aucun média occidental n'a évoqué cette affaire. Non, vraiment, non. Ce genre de sujet c'est pour les Arabes; dans la presse libre du monde libre, ça n'intéresse personne. Dans la presse libre du monde libre, il y a des milliers de journaux, des centaines de milliers de journalistes, et aucun ne juge intéressant de faire une brève là-dessus; ni pour évoquer le massacre, ni même indirectement pour évoquer le scandale qu'il provoque.

Tout ce que vous trouverez, ce sont des mentions similaires à celle-ci:
Dans le nord du Liban, à Halba, 14 personnes, dont des civils, ont péri lors de combats entre militants d'un parti pro-syrien et partisans d'une formation pro-gouvernementale.
Les images et de nombreux témoignages suggèrent que cette information est factuellement, totalement fausse. Information qui, depuis, est une question dangereuse au Liban (parce que qui dit massacre dit vengeance, dit autres massacres, etc.). Mais non, vraiment, ça ne nous intéresse pas. J'invite le lecteur curieux à chercher «Halba» dans Google News France et États-Unis, le résultat sera spectaculaire. Rien. À part des médias libanais francophones et anglophones, c'est le néant.

Réponse donc au gars du PSNS: non, le monde entier n'est pas témoin de ce massacre. Le monde entier n'a rien vu. Les journalistes du monde entier ont autre chose à faire.

Est-ce le syndrome Timisoara? Par peur de l'erreur ou de la manipulation par les images, nos médias préfèrent ne pas relayer... Sans doute, oui, ça doit être ça. Mais si ces images avaient été titrées «des membres du mouvement du Futur torturés et massacrés par le Hezbollah», je me demande si les médias occidentaux auraient eu autant de scrupules. Et, encore une fois, on peut prendre du recul par rapport aux images et tout de même évoquer le scandale et le débat qu'elles provoquent au Liban.


À part ça, toujours sur le front médiatique, je vous rappelle que, selon Mouna Naïm du Monde, «Les milices réduisent au silence des médias progouvernementaux». Les «312 mots» de cet article du 11 mai annonçaient que la censure du Hezbollah s'abattait sur les médias du groupe Hariri.

Qu'en est-il aujourd'hui? Hé bien pour le lecteur du Monde, la censure islamo-iranienne sévit certainement toujours à Beyrouth, puisque personne au Monde n'a jugé intéressant de signaler ceci:
13 mai, 16h30: Reprise de la retransmission de la chaine FuturTV proche du dirigeant du Courant du Futur, Saad Hariri.
Ainsi la chaîne a repris le cours normal de ses émissions: Saad Hariri y a immédiatement annoncé qu'un conflit entre sunnites et chiites avait débuté au Liban.

On a eu droit dans nos médias à de nombreux commentaires sur la censure qui s'abattait soudain sur le Liban. Aucun n'a jugé bon de signaler, quelques jours après, que les médias Hariri avaient repris le travail.

Aucun média n'a non plus jugé intéressant de passer cette notule:
La chaîne de télévision NBN a confirmé dans un communiqué l’arrêt de la retransmission des programmes des chaînes NBN, Al Manar et OTV dans le Nord Liban.
Ce même communiqué accuse des partisans du Courant du Futur d’avoir saboté les locaux de retransmission des chaînes à Tripoli et dans le Akkar avant de condamner l’agression de 2 journalistes de la chaîne Al Manar. La NBN appelle le ministère de l’information et les responsables de l’association de la presse à prendre les mesures pour garantir la liberté d’expression et prévenir les attaques visant les médias.
NBN, Al Manar et OTV étant les télévisions des principaux partis de l'opposition (Amal, Hezbollah, Aoun).

Notons encore que, puisqu'on n'avait pas appris cet arrêt des retransmissions, aucun média ne nous indique si elles ont repris depuis. Quant à la NBN qui réclame des mesures pour «garantir la liberté d'expression», c'est évidemment ironique: NBN est la télévision du parti Amal, dont la milice était en première ligne dans les affrontements à Beyrouth, affrontemens qui ont provoqué l'arrêt des émissions de Futur TV.

12 commentaires:

Yenayer a dit…

Bonjour,
Je voulais juste te remercier pour tout ce travail d'information.
En effet des informations que l'on trouve nul part dans les médias mainstream occidentaux. Et même des fois dans la presse algérienne, je suis sidéré par certaines analyses de la situation au Liban ou en Palestine. "Le Monde" ne ferait pas mieux.

Quand je pense par exemple qu'une journaliste envoyée spéciale en Iran a un jour commencé son article-reportage (une page entière) par la phrase suivante : "Nous ne connaissions l'Iran qu'à travers l'image que les médias et les politiques occidentaux ont bien voulu nous transmettre." ... Si même les sources des journalistes sont uniquement ce que les médias et politiques occidentaux "veulent" bien nous transmettre, il y a vraiment péril en la demeure.

Je suis hors-sujet, mais pas tant que ça, car je lis souvent des commentateurs te reprocher tes sources essayany de les disqualifier.

Bon courage de la part d'un fidèle lecteur. :)

Ibn Kafka a dit…

On en revient toujours au filtre médiatique qu'évoque Chomsky dans "Manufacturing consent".

Yennayer: s'agissant de la presse algérienne reprenant à son compte - alors même qu'elle n'a pas l'excuse de l'ignorance linguistique que peuvent plaider la majorité des médias occidentaux au sujet du Moyen-Orient - la version et perspective des faits française ou occidentale, je peux confirmer que la situation au Maroc est hélas rigoureusement identique. Et on pourrait étendre le constat à la blogosphère francophone de ce pays, qui n'est bien évidemment qu'une bulle périphérique...

Abou F. a dit…

bonjour,
cela fait longtemps que je lis votre blog fort bien documenté et qui a le mérite d'exister, vous avez raison de faire sonner un autre son de cloche que beaucoup de médias occidentaux et peut etre... pour vous homme de gauche comme moi d'ailleurs:un peu trop "capitalistes"; mais aujourd'hui je me vois contraint de vous ecrire pour vous dire deux trois petites choses :d'abords considérer de manière manichéenne l'ensemble ou l'immense majorité de 14 Mars et de ses dirigeants comme inféodés à washington me parait etre une aburdité digne d'un militant de la 4eme internationale parlant d'un patron de "PME" et voulant le traduire devant un tribunal populaire pour enrichissement illegal sur le dos des travailleurs. vous etes certainement français et vous ne regardez pas le liban avec des yeux d'occidental et vous avez mille fois raison! mais arretez de regarder le liban avec des yeux de militant oui le hezb est pour beaucoup le dernier rempart avant l'avilissement definitif oui amal et le hezb se sont trop souvent substituer à l'etat de droit c'est vrai qu ils sont présents quand le gouvernement à trop souvent etait absent quans l'etat a fuit ses responsabilités, mais tout de meme le liban à aujour d'hui besoin d'equilibre tout n'est pas tout rose tout n'est pas tout noir c'est les circonstances qui nous poussent a choisir un campe
vous qui etes de gauche vous devriez y regarder à deux fois avant de relayer de maniere brute les information du parti de la renaissance ou du parti de dieu. ces informations aussi méritent qu'on les decortiquent.
je ne rentrrai pas dans les details de vos propos je me permets simplement de vous indiquer qu il faut maintenir l'equilibre c'est le prix de la democratie. Certes à Damas ou à Teheran c'est moins cher.
Continuer à aimer le liban.
Abou F.

Anonyme a dit…

voilà le comentaire que nous livre le dit " gérard", pour "la paix maintenant", je fais l'économie de son commentaire, avec force allusion, sur: "L¹extrémisme du Hezbollah soutenu par l¹Iran couplé aux encouragements et à l¹appui de la Syrie" ayant " a
clairement conduit à l¹émergence d¹une mouvance sunnite extrémiste apparue
pour contrer le coup d¹Etat de Hassan Nasrallah au Liban.
[Par sa tentative de coup d¹Etat à Beyrouth, le Hezbollah chiite pro-iranien
a-t-il ouvert une boîte de Pandore qui contenait un homologue sunnite
extrémiste, avec des conséquences incalculables ? C¹est en tout cas ce que
suggère Tariq Alhomayed]

ils sont beaux les pacifistes!

Asher Gutkind a dit…

Par ailleurs, je me permets de vous faire part, je ne sais trop si cela peut intéresser quelqu'un, mais cela a été le cas sur le blog d'Alain Gresh, du mot que j'ai écrit pour le 14 mai anniversaire, je vous le livre tel qu'il est posté sur le blog:

Asher :
14 mai @18h26 « »

Oui aujourd’hui, le 14 mai 2008, 60 ans après 1948, c’est un jour particulier. Je suis né en Israël. (j’espère que cette déclaration ne stoppe pas la lecture, d’emblée). Ainsi en vont des aléas des nationalités. Il est vrai cependant que ce n’est pas une chose si évidente. Ayant vécu la plupart de ma vie en France, cela n’a pas toujours été chose aisée. Vivre avec la répétition a l’infini d’infos sur un pays qu’on n’a pas choisi mais se trouve etre son lieu de naissance et sa nationalité d’origine, n’est pas simple, ni véritablement commode. Je m’empresse, au nom de ma nationalité, d’exprimer toute ma compassion pour les souffrances causées, passées et présentes, par l’uniforme de celle-la.

Pensez, s’il vous plait, que ce n’est guère chose simple, ou aisée, que de porter sur soi le stigmate, pour le dire ainsi, de la nationalité d’un pays criminel. Double stigmate d’ailleurs, celui donc du criminel, du bourreau. Et celui de la victime, commémorée par les institutions cette fois-la.

J’aimerais beaucoup que ce jour anniversaire soit un appel a une « éthique de la discussion » (Habermas) concernant les parties prenantes de cette histoire (parties qui sont nombreuses et se multiplient a l’envie, dans un sens ou dans un autre). A ceux qui croient qu’il suffit de ceci ou de cela, d’en finir avec ceci ou cela, qu’ils repensent a deux fois. Rien n’est simple en général, mais tout particulièrement dans cette histoire si complexe, transnationale, transethnique culturelle et religieuse, saturée de politique, et d’affects tous plus exacerbés les uns que les autres.

Cela étant, je m’empresse de dire ma solidarité pour les victimes palestiniennes de la Nakba, de la catastrophe palestienne de 1948, et de celles qui ont suivies, ainsi que de celles causées par Israël au Liban (horribles années 1970-1980, et maintenant 2006).

Puisse venir le jour où Israël pourra reconnaître tous les torts causées par le passé et le présent. Puisse venir le jour surtout où ce régime politique voudra faire la paix.

Je voudrais donc dédier ce jour- personnellement et au nom de ma nationalité- a Moustapha Barghouti. A tous ceux veulent vivre en paix. A tous ceux qui ont faim. A tous ceux qui sont victimes d’injustice. A tous les habitants de la région proche-orientale et moyen-orientale.

Pour une nouvelle Al-Andalous au Proche-Orient, même si cela doit rester pour des décennies dans la vision de quelques idéalistes à moitie stupides.

Pour Al Isratine

Anonyme a dit…

Salut Nidal , ah si tu etais toi-même journaliste! juste je t'invite à lire ce honteux article plein de mensonges du Point, daté du 15/05/2008: Nasrallah le dynamiteur du Liban. personnellement je n'ai pas pu le lire jusqu'au bout.
Une libanaise ( chrétienne "je le dis juste pour démentir ce qui se dit dans Le Point").

Nidal a dit…

« Nasrallah le dynamiteur du Liban».

L'article est signé «Émilie Sueur (à Beyrouth)». Pas étonnant que ça soit très mauvais.

Rien que l'encadré contient au moins deux erreurs factuelles pourtant pas compliquées: Geagea «libéré des prisons syriennes après des années de détention», et «Sleimane Franjieh, le numéro un du courant chrétien de l'opposition». Quant à cette passion pour la «division [qui] ronge toujours les rangs chrétiens», c'est évidemment la vieille rengaine phalangiste (sinon, les chrétiens ont bien le droit d'avoir des opinions politiques diverses sans que ce soit un drame).

Il n'y a pas à chercher bien loin le pourquoi de l'orientation «étonnante» de l'article du Point: Emilie Sueur était en 2005 chef du service «étranger» de L'Orient-Le Jour. J'ignore si elle y est encore.

Asher Gutkind a dit…

Oui c'est vrai pourquoi n'y aurait-il pas de Nidal au Monde par exemple? Ou au moins à L'Humanité?
Ne serait-ce que pour infléchir l'intransigeance critique des Plan B et autres sardons du coin, ce serait tout de même plus marrant!
Je le dis sans ironie, bien qu'avec un peu d'innocence peut-être.
Amicalement

Leb Christian a dit…

Soyons clairs, les images qui circulent sont horribles, et inacceptables. Elles sont totalement inacceptables, et franchement, revoltantes.

Cependant, pour que ton blog soit et reste "serieux" (il se;blerait que c'est un element auquel tu tiens bcp) ne penses tu pas utile de voir si justement il n'y a pas manipulation?

- Tout d'abord, il n'y a AUCUNS elements dans ces films qui identifient les uns comme des partisans du SSNP et les autres du Courant du Futur
- Il n'y a AUCUNS elements dans ces films qui montrent qu'il s'agit d'evenements recents et pas d'un films datant d'il y a qlqs annees ou qlqs mois (D'ailleurs, a aucuns moment on ne voit l'image de Fadi el Cheikh, curieux non?)
- Il n'y a AUCUNS elements qui montrent que ces films ont ete pris au Liban. D'ailleurs, plusieurs commentateurs et analystes se sont poses la question de savoir s'il ne s'agissait pas d'evenements en Iraq.
- Enfin, si l'on ecoute ce que disent les tortionnaires dans un des films il dit assez clairement " hayda li awass 3aleyna'. Je traduis, "c'est celui la qui nous a tire dessus". On peut conclure que les tortionnaires ont repondus a une attaque delibere, mais qu'ils ont finalement pris le dessus.

C'est moche la guerre. Mais vehiculer des informations sans en avoir verifier la veracite, et devenir complice d'une propagande n'est pas non plus tres honorable.

Cordialement.

Anonyme a dit…

Au sujet de l'article de Tariq Alhomayed dans l'édition anglaise de asharkawsat, que Gérard du site 'La Paix maintenant' a traduit:

A en croire le blog "Arabic Media Shack" (http://arabicsource.wordpress.com/2008/05/19/is-asharq-al-awsat-bipolar/) cet article est un hymne a la paix par rapport a ce qu'on peut lire dans l'édition arabe du meme journal. L'auteur du blog (ayant pour pseudo Grandmasta) nous apprend que l'édition arabe de asharkawsat a aligné les articles les plus sectaires:

"Do Arabic outlets emphasize certain things in the English editions that they might not in their Arabic versions or vice versa. For example, Asharq Al-Awsat, owned/financed by a key Saudi prince, has taken a firm anti-Hezbullah stand during the past few weeks. Thats fair enough. But it seems that their Arabic version is more blatantly sectarian than their English version. For example, when Grandmasta sat down today to read the print edition of today’s Asharq Al-Awsat he was surprised to find a very long article entitled “Religous Shiatizaion… Political Shiatizaion,” talking about Iranian influence in Syria and Lebanon. The article has a clear sectarian tone and is the sixth part of a longer series, which is not available in any form on the paper’s English site."

Un article en arabe de asharq-al-awsat: http://www.asharqalawsat.com/details.asp?section=4&article=471339&issueno=10765

alhaqid a dit…

je ne sais pas si tu lis l'arabe, mais es-tu au courant de ca:
http://ssnp.info/article.php?id=38040

c'est ce qui reste pour les partis laïques que personne ne défend dans un contexte hostile sectaire.

Anonyme a dit…

Salut Nidal,

je me permets de te répondre à un commentaire que tu as écris:
"« Nasrallah le dynamiteur du Liban».

L'article est signé «Émilie Sueur (à Beyrouth)». Pas étonnant que ça soit très mauvais.

Rien que l'encadré contient au moins deux erreurs factuelles pourtant pas compliquées: Geagea «libéré des prisons syriennes après des années de détention», et «Sleimane Franjieh, le numéro un du courant chrétien de l'opposition». Quant à cette passion pour la «division [qui] ronge toujours les rangs chrétiens», c'est évidemment la vieille rengaine phalangiste (sinon, les chrétiens ont bien le droit d'avoir des opinions politiques diverses sans que ce soit un drame).

Il n'y a pas à chercher bien loin le pourquoi de l'orientation «étonnante» de l'article du Point: Emilie Sueur était en 2005 chef du service «étranger» de L'Orient-Le Jour. J'ignore si elle y est encore."

Dans le dernier paragraphe tu t'attaques à Emilie Sueur sur des erreurs qu'elle aurait commises. je te signale que c'est Mireille Duteil qui a écrit l'article (la première partie), alors qu'Emilie Sueur a écrit le texte encadré.

Salutations.

L.