a

17 novembre 2008

Sarkozy, auto-portrait en César

Ce dimanche, Claude Asko et son JDD présentent Sarko comme le nouveau génie bienfaiteur de notre planète. La légende (l'immense Georges donne l'accolade au petit Nicolas) de l'illustration est trop mignonne: «Parmi les dirigeants des pays les plus puissants du monde, Nicolas Sarkozy a imposé son style.» Lire les commentaires d'Article 11 et d'André Gunthert (à noter: illustration géniale).

Une dépêche de l'AFP semble pourtant être passée inaperçue il y a quelques jours (13 novembre). Recevant à l'Élysée le «prix du courage politique» décerné par le revue Politique internationale, Sarkozy semble s'être surpassé pour s'auto-parodier. Il devient difficile, même pour Asko, d'écrire des éditoriaux atteignant le niveau de ridicule de notre président lui-même.

Le président français Nicolas Sarkozy a vanté jeudi sa politique étrangère qui a permis, selon lui, d'éviter une offensive militaire russe sur Tbilissi, en finir avec la «guerre au Liban», libérer les infirmières bulgares en Libye et Ingrid Betancourt de la jungle colombienne.

Il a écorché au passage la prudence du président américain George W. Bush dans la crise russo-géorgienne, en recevant à l'Elysée l'édition 2008 du «prix du courage politique» décerné par la revue Politique internationale.

«Lorsque le 8 août, il a fallu partir pour Moscou et pour Tbilissi, qui a défendu les droits de l'Homme?», a demandé M. Sarkozy.

«Est-ce que c'est le président des Etats-Unis qui a dit “c'est inadmissible”? Ou est-ce que c'est la France qui a maintenu le dialogue avec M. Poutine, M. Medvedev et M. Saakachvili?», a-t-il poursuivi, à la veille de son départ pour le sommet du G20 sur la crise financière à Washington.

«Je me souviens de l'appel du président américain disant la veille de notre départ à Moscou: “n'y va pas, ils (les Russes) veulent aller à Tbilissi, ils sont à 40 km. N'y va pas, dénonce”. Nous y avons été avec Bernard Kouchner, comme par hasard, alors que nous y étions, le cessez-le-feu a été annoncé», a ajouté le chef de l'Etat français.

Quelques jours après le début du conflit militaire entre la Russie et la Géorgie, le président en exercice de l'Union européenne (UE) s'est rendu le 12 août à Moscou et à Tbilissi pour y négocier un plan de paix et un cessez-le-feu accepté dans la foulée par les deux belligérants.

Certains critiques, notamment parmi les pays européens de l'Est membres de l'UE, ont estimé que ce plan faisait la part belle à la Russie et regretté qu'il ne défende pas explicitement l'intégrité territoriale de la Géorgie.

Le président géorgien Mikheïl Saakachvili a aussi égratigné jeudi Nicolas Sarkozy en lui demandant, quelques heures avant un entretien prévu dans l'après-midi à la veille d'un sommet UE-Russie à Nice, de «garder des principes» et de ne pas céder à la «realpolitik».

Nicolas Sarkozy a tout aussi fermement rejeté les critiques sur d'autres dossiers internationaux.

«Si n'avions pas pris le risque de la paix et des droits des Libanais à vivre libres en invitant Bachar al-Assad, ce serait toujours la guerre au Liban», a-t-il lancé à ceux qui lui ont reproché d'avoir invité le numéro un syrien à Paris puis de s'être rendu à Damas.

«J'avais promis pendant ma campagne électorale qu'on libérerait les infirmières (bulgares détenues par la Libye). C'est la France qui les a libérées. Est-ce que vous croyez qu'on peut faire sortir de prison quelqu'un sans parler avec les geôliers?», a poursuivi Nicolas Sarkozy pour justifier son déplacement à Tripoli chez le numéro un libyen Mouammar Kadhafi.

À la libération des infirmières bulgares et du médecin palestinien en juillet 2007, certains avaient reproché au président français de s'être approprié les lauriers de ce succès en minimisant les efforts d'autres pays de l'UE.

«Est-ce qu'il y avait une chance de la sortir si la France n'avait pas fait d'Ingrid Betancourt un objectif central de sa politique? Aucune», a enfin lâché Nicolas Sarkozy.

4 commentaires:

Anonyme a dit…

Oui, l'illustration est mignonne mais soit le président de la République Française avait oublié son bottin, soit les 2 dernières années de présidence ont grandi le président des USA

http://sarkostique.over-blog.com/article-3986479-6.html

Anonyme a dit…

Sans commentaire... Euh.. si... le pouvoir est aux cons... et peu de gens s'en aperçoivent... P'têt pa'ce que c'est les mêmes.... questionnement abyssal... là.....

Anonyme a dit…

Hello Nidal,

Pourquoi ne pas consacrer un article à la chaussure qu'a manqué de se recevoir dans la gueule un autre chef d'Etat, tout aussi illustre, notre Bush de Noël? Juste pour célébrer le geste de ce journaliste irakien, dont le geste a soulagé près des 2/3 des habitants de la planète, et qui subit aujourd'hui des tortures pour avoir cherché à humilier celui qui a commandité le meurtre de plus d'un million de ses concitoyens. Dans cette ère sarko-fasciste, un tel article serait un bon défouloir...

Amitiés

Cédric a dit…

Un billet sur l'attaque israëlienne de Gaza cher Nidal?

Y'a t-il du mouvement au Liban outre les manifs à Beyrouth Sud et devant l'mbassade egyptienne?

Vous trouverez sur mon blog une courte revue des sites d'infos traitant ce sujet...