a

29 septembre 2007

La partition ? Quelle partition ?

C'est une dépêche de l'AFP, titrée: «Le Sénat américain vote en faveur d'un plan de partition de l'Irak».

Oui, frottez-vous les yeux, et relisez bien: «Le Sénat américain vote en faveur d'un plan de partition de l'Irak».

Et, non, aucun média français ne juge cette information suffisamment importante pour la reprendre. (Vérification sur Google News: on ne trouve que la dépêche AFP reprise dans le fil de news du site du Monde.)

Comme, pour ma part, je pense que c'est une information capitale, l'un des scandales les plus importants du moment, je conserve l'intégralité de cette dépêche par-devers moi (c'est-à-dire ici):

Le Sénat américain vote en faveur d'un plan de partition de l'Irak

(AFP) Le Sénat américain a voté mercredi en faveur d'une résolution non contraignante sur un plan de partition de l'Irak, présenté par ses défenseurs comme la seule solution pour mettre un terme aux violences qui secouent le pays.

Par 75 voix contre 23, le Sénat a approuvé le plan, parrainé par le sénateur démocrate et candidat à la Maison Blanche Joseph Biden et qu'il présente comme la clé politique pour permettre un retrait des troupes américaines tout en prévenant le chaos.

Le partage du pays en Etats distincts en fonction des différentes communautés (kurdes, chiites et sunnites) est rejeté par l'administration du président George W. Bush.

Le plan de partition a été élaboré notamment avec l'aide d'un ancien expert de l'administration Carter et ancien directeur du Council on Foreign Relations, Leslie Gelb.

Le chef démocrate du Sénat, Harry Reid, a estimé que «l'adoption de l'amendement Biden reflète l'importante reconnaissance de la part du Sénat que la réconciliation politique doit demeurer l'objectif essentiel des Irakiens».

«La mise en place de la solution politique envisagée dans cette loi aidera à redéployer les troupes américaines de la guerre civile irakienne, combattre le terrorisme plus efficacement et rendra l'Amérique plus sûre», a ajouté le sénateur.

Alors que le vote a réuni plus des 60 voix nécessaires à tout quorum au Sénat - qui compte 100 membres - M. Reid relève que les «sénateurs démocrates ont finalement surmonté les tactiques obstructionnistes des républicains et de la Maison Blanche pour envoyer au président Bush le message qu'il doit de manière urgente modifier la stratégie américaine en Irak».

Plusieurs sénateurs républicains, qui sont en faveur de la stratégie d'envoi de renforts en Irak mais déplorent l'impasse politique entre les chefs irakiens sur le terrain, se sont montré intéressés par le plan.

«Nous sommes en train d'appuyer une stratégie politique défaillante à Bagdad», a notamment regretté le sénateur républicain Sam Brownback, autre aspirant à la présidentielle de 2008 et un des onze cosignataires de la résolution.

Pour sa part, la sénatrice républicaine Kay Bailey Hutchinson a indiqué que cette résolution s'inspirait des accords de Dayton sur la Bosnie, qui ont eu pour effet d'entériner la partition entre les belligérants serbes, croates et bosniaques.

«Ce que nous avons vu en Bosnie est une réduction des tensions à travers la capacité pour les forces de sécurité et les forces religieuses» entre autres de «se gouverner toutes seules», a déclaré la sénatrice.

L'ambassadeur américain à Bagdad, Ryan Crocker, s'est déclaré lors de son témoignage au Congrès ce mois-ci en faveur d'une autonomie des régions irakiennes, mais s'est opposé à toute idée de partition.
Et comme il vaut mieux se référer à l'original, voici le texte du fameux «Amendement Biden»:
SEC. 1535. SENSE OF CONGRESS ON FEDERALISM IN IRAQ.

(a) Findings.--Congress makes the following findings:

(1) Iraq continues to experience a self-sustaining cycle of sectarian violence.

(2) The ongoing sectarian violence presents a threat to regional and world peace, and the longterm security interests of the United States are best served by an Iraq that is stable, not a haven for terrorists, and not a threat to its neighbors.

(3) A central focus of al Qaeda in Iraq has been to turn sectarian divisions in Iraq into sectarian violence through a concentrated series of attacks, the most significant being the destruction of the Golden Dome of the Shia al-Askariyah Mosque in Samarra in February 2006.

(4) Iraqis must reach a comprehensive and sustainable political settlement in order to achieve stability, and the failure of the Iraqis to reach such a settlement is a primary cause of violence in Iraq.

(5) Article One of the Constitution of Iraq declares Iraq to be a ``single, independent federal state''.

(6) Section Five of the Constitution of Iraq declares that the ``federal system in the Republic of Iraq is made up of a decentralized capital, regions, and governorates, and local administrations'' and enumerates the expansive powers of regions and the limited powers of the central government and establishes the mechanisms for the creation of new federal regions.

(7) The federal system created by the Constitution of Iraq would give Iraqis local control over their police and certain laws, including those related to employment, education, religion, and marriage.

(8) The Constitution of Iraq recognizes the administrative role of the Kurdistan Regional Government in 3 northern Iraqi provinces, known also as the Kurdistan Region.

(9) The Kurdistan region, recognized by the Constitution of Iraq, is largely stable and peaceful.

(10) The Iraqi Parliament approved a federalism law on October 11th, 2006, which establishes procedures for the creation of new federal regions and will go into effect 18 months after approval.

(11) Iraqis recognize Baghdad as the capital of Iraq, and the Constitution of Iraq stipulates that Baghdad may not merge with any federal region.

(12) Despite their differences, Iraq's sectarian and ethnic groups support the unity and territorial integrity of Iraq.

(13) Iraqi Prime Minister Nouri al-Maliki stated on November 27, 2006, ``[t]he crisis is political, and the ones who can stop the cycle of aggravation and bloodletting of innocents are the politicians''.

(b) Sense of Congress.--It is the sense of Congress that--

(1) the United States should actively support a political settlement in Iraq based on the final provisions of the Constitution of Iraq that create a federal system of government and allow for the creation of federal regions, consistent with the wishes of the Iraqi people and their elected leaders;

(2) the active support referred to in paragraph (1) should include--

(A) calling on the international community, including countries with troops in Iraq, the permanent 5 members of the United Nations Security Council, members of the Gulf Cooperation Council, and Iraq's neighbors--

(i) to support an Iraqi political settlement based on federalism;

(ii) to acknowledge the sovereignty and territorial integrity of Iraq; and

(iii) to fulfill commitments for the urgent delivery of significant assistance and debt relief to Iraq, especially those made by the member states of the Gulf Cooperation Council;

(B) further calling on Iraq's neighbors to pledge not to intervene in or destabilize Iraq and to agree to related verification mechanisms; and

(C) convening a conference for Iraqis to reach an agreement on a comprehensive political settlement based on the federalism law approved by the Iraqi Parliament on October 11, 2006;

(3) the United States should urge the Government of Iraq to quickly agree upon and implement a law providing for the equitable distribution of oil revenues, which is a critical component of a comprehensive political settlement based upon federalism;

(4) the steps described in paragraphs (1), (2), and (3) could lead to an Iraq that is stable, not a haven for terrorists, and not a threat to its neighbors; and

(5) nothing in this Act should be construed in any way to infringe on the sovereign rights of the nation of Iraq.
Afin d'être complet, voici l'article publié par les mêmes Joseph Biden et Leslie Gelb dans le New York Times le 1er mai 2006; le texte est intéressant car nettement plus explicite que l'amendement final du Sénat.
Unity Through Autonomy in Iraq

A decade ago, Bosnia was torn apart by ethnic cleansing and facing its demise as a single country. After much hesitation, the United States stepped in decisively with the Dayton Accords,which kept the country whole by, paradoxically, dividing it into ethnic federations, even allowing Muslims, Croats and Serbs to retain separate armies. With the help of American and other forces, Bosnians have lived a decade in relative peace and are now slowly strengthening their common central government, including disbanding those separate armies last year.

Now the Bush administration, despite its profound strategic misjudgments in Iraq, has a similar opportunity. To seize it, however, America must get beyond the present false choice between "staying the course" and "bringing the troops home now" and choose a third way that would wind down our military presence responsibly while preventing chaos and preserving our key security goals.

The idea, as in Bosnia, is to maintain a united Iraq by decentralizing it, giving each ethno-religious group — Kurd, Sunni Arab and Shiite Arab — room to run its own affairs, while leaving the central government in charge of common interests. We could drive this in place with irresistible sweeteners for the Sunnis to join in, a plan designed by the military for withdrawing and redeploying American forces, and a regional nonaggression pact.

It is increasingly clear that President Bush does not have a strategy for victory in Iraq. Rather, he hopes to prevent defeat and pass the problem along to his successor. Meanwhile, the frustration of Americans is mounting so fast that Congress might end up mandating a rapid pullout, even at the risk of precipitating chaos and a civil war that becomes a regional war.

As long as American troops are in Iraq in significant numbers, the insurgents can't win and we can't lose. But intercommunal violence has surpassed the insurgency as the main security threat. Militias rule swathes of Iraq and death squads kill dozens daily. Sectarian cleansing has recently forced tens of thousands from their homes. On top of this, President Bush did not request additional reconstruction assistance and is slashing funds for groups promoting democracy.

Iraq's new government of national unity will not stop the deterioration. Iraqis have had three such governments in the last three years, each with Sunnis in key posts, without noticeable effect. The alternative path out of this terrible trap has five elements.

The first is to establish three largely autonomous regions with a viable central government in Baghdad. The Kurdish, Sunni and Shiite regions would each be responsible for their own domestic laws, administration and internal security. The central government would control border defense, foreign affairs and oil revenues. Baghdad would become a federal zone, while densely populated areas of mixed populations would receive both multisectarian and international police protection.

Decentralization is hardly as radical as it may seem: the Iraqi Constitution, in fact, already provides for a federal structure and a procedure for provinces to combine into regional governments.

Besides, things are already heading toward partition: increasingly, each community supports federalism, if only as a last resort. The Sunnis, who until recently believed they would retake power in Iraq, are beginning to recognize that they won't and don't want to live in a Shiite-controlled, highly centralized state with laws enforced by sectarian militias. The Shiites know they can dominate the government, but they can't defeat a Sunni insurrection. The Kurds will not give up their 15-year-old autonomy.

Some will say moving toward strong regionalism would ignite sectarian cleansing. But that's exactly what is going on already, in ever-bigger waves. Others will argue that it would lead to partition. But a breakup is already under way. As it was in Bosnia, a strong federal system is a viable means to prevent both perils in Iraq.

The second element would be to entice the Sunnis into joining the federal system with an offer they couldn't refuse. To begin with, running their own region should be far preferable to the alternatives: being dominated by Kurds and Shiites in a central government or being the main victims of a civil war. But they also have to be given money to make their oil-poor region viable. The Constitution must be amended to guarantee Sunni areas 20 percent (approximately their proportion of the population) of all revenues.

The third component would be to ensure the protection of the rights of women and ethno-religious minorities by increasing American aid to Iraq but tying it to respect for those rights. Such protections will be difficult, especially in the Shiite-controlled south, but Washington has to be clear that widespread violations will stop the cash flow.

Fourth, the president must direct the military to design a plan for withdrawing and redeploying our troops from Iraq by 2008 (while providing for a small but effective residual force to combat terrorists and keep the neighbors honest). We must avoid a precipitous withdrawal that would lead to a national meltdown , but we also can't have a substantial long-term American military presence. That would do terrible damage to our armed forces, break American and Iraqi public support for the mission and leave Iraqis without any incentive to shape up.

Fifth, under an international or United Nations umbrella, we should convene a regional conference to pledge respect for Iraq's borders and its federal system. For all that Iraq's neighbors might gain by picking at its pieces, each faces the greater danger of a regional war. A "contact group" of major powers would be set up to lean on neighbors to comply with the deal.

Mr. Bush has spent three years in a futile effort to establish a strong central government in Baghdad, leaving us without a real political settlement, with a deteriorating security situation — and with nothing but the most difficult policy choices. The five-point alternative plan offers a plausible path to that core political settlement among Iraqis, along with the economic, military and diplomatic levers to make the political solution work. It is also a plausible way for Democrats and Republicans alike to protect our basic security interests and honor our country's sacrifices.

Joseph R. Biden Jr., Democrat of Delaware, is the ranking member of the Senate Foreign Relations Committee. Leslie H. Gelb is the president emeritus of the Council on Foreign Relations.
Quelques commentaires en vrac:
  • L'amendement voté par le Sénat est un pur chef-d'œuvre de novlangue et d'hypocrisie. D'abord parce que, pour justifier le «fédéralisme», il prétend s'appuyer sur la constitution irakienne. Constitution adoptée le 15 octobre 2005, dans un pays sous occupation étrangère, rédigée par un gouvernement imposé par l'occupant américain et déjà largement commentée à l'époque (notamment au Moyen-Orient) comme ouvrant la porte au dépeçage de l'Irak. Lire par exemple le billet de Stéphanie Lafond pour l'Université de Sherbrooke. Par ailleurs, le dernier alinéa souligne que l'amendement ne doit pas interférer avec la souveraienté irakienne!
  • Imaginons que, mercredi dernier, le Sénat américain ait voté un amendement exprimant son «sentiment» en faveur du découpage de la France en plusieurs provinces fédérales ou, rions un peu, de la partition d'Israël en deux états sur des bases ethnoreligieuses. La logique qui prévaut aujourd'hui ferait que rigoureusement aucun média ne jugerait intéressant de reproduire cette information.
  • L'opposition entre démocrates et républicains est une nouvelle fois factice: les Irakiens auraient désormais à espérer entre une politique républicaine (toujours plus de guerre mais, officiellement, pas de partition) et une politique démocrate (moins de guerre mais la partition ethnoreligieuse, c'est-à-dire toujours plus d'épuration ethnique).
  • Le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki se dit opposé à ce projet «catastrophique». Oui, mais aux dernières nouvelles, malgré ses airs de marionnette, «nous» n'aimons pas tellement Maliki: fin novembre 2006, la «fuite» d'une note signée Stephen Hadley nous informe du mécontentement américain envers le Premier ministre.
  • À l'inverse, comme le fait remarquer le blog Missing Links, le vice-président Tarik al-Hashemi, lui, lance le jour même de l'Amendement Biden son «Pacte national irakien» qui soutient le principe d'un Irak fédéral; ce serait le premier personnage politique sunnite d'importance à soutenir le principe du fédéralisme. C'est aussi le personnage politique reçu en grande pompe par George Bush le 12 décembre 2006, au moment où une «fuite» témoignait de la disgrâce de Nouri al-Makiki. (Note: les mêmes qui ne reproduisent pas en anglais le texte de ce Pacte national, qui ne reproduisent pas le vote du Sénat américain dans les médias européens, nous informent cependant des progrès du Pacte national irakien et de son promoteur, Tarik al-Hashemi.)

  • Puisque nos médias ne nous ont jamais rappelé l'histoire et n'ont jamais réellement évoqué les multiples analyses qui circulent au Moyen-Orient (sauf pour dénoncer la passion des arabes pour les théories du complot), le lecteur européen ne peut évidemment pas s'imaginer que le vote du Sénat s'inscrit dans une logique particulièrement troublante.
    • Pour UrShalim, c'est tout simplement le redite de Sykes/Picot:
    • Relire un de mes premiers textes, sur ce mythe de l'ethno-politique au Moyen-Orient, parce que les analyses qui présentent cette région fondatrice de la civilisation humaine comme la proie permanente d'affrontements ethnoreligieux millénaires est une fadaise pénible et dangereuse.
    • Dans un autre texte, «Coup d'État au Liban», je rappelais divers textes sur l'ambition d'une certaine puissance régionale alliée des États-Unis, de longue date, de provoquer la partition des différents pays de la région. J'y évoquais déjà (juillet 2006) les velléités de dépecer l'Irak.
    • Dans cette optique, l'un des buts fondamentaux de l'invasion de l'Irak répondrait à un projet sioniste et néoconservateur de destruction de tous les voisins d'Israël en entités ethnoreligieuses (j'insiste: lisez «Coup d'État au Liban», j'y fournissais de nombreuses sources et citations sur ce sujet). Cette théorie est certainement l'un des principaux axes d'analyse par mes amis arabes; il n'est pas une rencontre durant laquelle je ne l'entends pas.
  • Le lecteur occidental n'a certainement jamais entendu parler des différentes analyses arabes (notamment de la part d'irakiens) qui voient dans l'invasion de l'Iraq la réalisation d'un projet sioniste et/ou néoconservateur. Ce genre de considérations relevant à coup sûr de la théorie du complot (il n'est pas nécessaire d'être capable de placer Bagdad sur une mappemonde pour savoir que les analyses arabes relèvent toujours de la théorie du complot, n'est-ce pas), il n'est donc pas nécessaire d'en informer les lecteurs. De la même façon, les analyses (arabes également) qui décrivent le déferlement de miliciens, de barbouzes et de mercenaires sur l'Irak comme le meilleur moyen de provoquer la violence sectaire et donc la partition à terme du pays (j'ai rapidement évoqué cette «rumeur» omniprésente dans un article sur les réfugiés irakiens) ne peut relever que de la théorie du complot; quand les révélations sur Blackwater (si vous comprenez l'anglais, regardez ce court film de The Nation) affluent, baissons la tête et, surtout, ne faisons jamais le lien avec cette horrible théorie arabe.
Aujourd'hui, le Sénat américain vote, officiellement, en faveur du dépeçage de l'Irak. Silence radio, baissons la tête, et n'évoquons surtout pas ces affreuses rumeurs que répandent tous ces arabes paranoïaques.

UrShalim explique:
Vous pouvez continuer à la qualifier de théorie du complot, mais à partir de maintenant je vais l'appeler planification stratégique.
Le lecteur occidental, qu'on a sagement éloigné de telles préoccupations, risque malheureusement de passer à côté de l'un des moteurs fondamentaux des mouvements politiques actuels au Moyen-Orient. On peut adhérer ou non à l'opinion qu'exprime ici UrShalim, mais on doit bien être conscient de l'importance qu'elle représente, au cœur des politiques régionales et dans les discussions de chaque individu; car, si l'on va au fond du fond des idées politiques qui s'affrontent, en ce moment, ce sur quoi on arrive finalement, c'est ce qu'UrShalim résume ainsi:
Si les États-Unis parviennent à découper l'Irak, alors la Syrie, le Liban et d'autres seront les prochains. Ça n'est qu'une question d'années.

13 commentaires:

dimsum a dit…

c'est chouette que tu sois de retour... même avec des aussi mauvaises nouvelles...
merci quand même

Robert a dit…

Très bon ce billet. Effectivement, j'apprécie - moi aussi - ton retour...

Anonyme a dit…

Oui, merci Nidal, mais quelle nausée.......

Est-ce que le journal de Moshe Sharet a été traduit en français ?

Lou

M Bashir a dit…

Hello Nidal,

Thanks for quoting and linking to my post, although I still have to find someone to translate what you wrote. :-)
My knowledge of French is almost nil.
Anyway, your blog has been added to the Francophone blogroll of Global Voices Online. In is in the care of the French guys now.

Regards.

Valérie a dit…

Enfin de la lecture...

Je passais chaque jour voir si Nidal était de retour :-)

Merci pour les infos, toujours aussi intéressantes.

Sophia a dit…

Moussa,
As I have great esteem for you and Nidal, I can offer an english translation. It won't be the best but it will be there for English readers. I will be working on it tonight.
One should be reminded here of the Yinon text also considered as the product of the conspirational arab mind.

Byblos a dit…

Bon retour, Nidal. Votre blog est plus nécessaire que jamais.

Vous écrivez :«Dans cette optique, l'un des buts fondamentaux de l'invasion de l'Irak répondrait à un projet sioniste et néoconservateur de destruction de tous les voisins d'Israël en entités ethnoreligieuses ».

Je pense, quant à moi que, s'il est certain qu'il s'agit d'un projet sioniste qui permet à Israël le contrôle du Croissant Fertile du Nil jusqu'à l'Euphrate, il faut croire que les démocrates y sont gagnés autant que les républicains.

Je crois que le lobby sioniste est si fermement implanté aux USA, si présent dans les media, si déployé au sein même de la direction des deux grands partis, et si solidement associé à de puissants lobbies tel que les pétrolières (pétroleuses?), que le peuple étatsunien n'a plus son mot à dire en cette matière.

Mais, à bien y penser, combien d'Étatsuniens sont capables de situer le Proche Orient sur une carte?

L'empire américain, c'est bien plus Tamerlan ou Gengis Khan qu'Alexandre ou Jules César.

Jesse a dit…

Bizarre, je ne lis pas la même chose que vous dans le texte que vous citez.
La résolution dit explicitement: « to acknowledge the sovereignty and territorial integrity of Iraq »
ce qui signifie en bon anglais exactement l'inverse d'un « dépeçage » du pays. Le modèle est celui de la Bosnie: a-t-elle été découpée? Il faut vous calmer, vous perdez le contrôle...

Quant à l'idée que tout ceci est un complot sioniste, idée que vous faites « habilement » passer via des conversations avec des « amis arabes » que la presse occidentale aurait négligé de citer, elle ne surprend pas mais n'est guère convaincante. Où sont les preuves? Lorsqu'il s'agit des assassinats de députés anti-syriens au Liban, il vous faut les preuves, les aveux circonstanciés et l'enregistrement audio et vidéo du meurtrier pris sur le fait pour vous convaincre que la Syrie aurait, peut-être, quelque chose à voir là-dedans. Mais lorsqu'il s'agit d'imputer au complot sioniste à peu près toutes les catastrophes du Moyen-Orient ou d'ailleurs, vous êtes un peu moins regardant....

Si les médias occidentaux devaient se faire l'écho de tout ce qui se murmure dans le monde arabe (les juifs qui n'étaient pas venus travailler le 11 septembre car le Mossad les avait prévenus, les Protocoles des Sages de Sion qui décrivent par le menu tous les objectifs sionistes, les sacrifices d'enfants, etc...) on n'en finirait pas. Vos amis arabes feraient mieux de se libérer de leur fixation obsessionnelle sur Israel et de se concentrer sur les moyens de faire mieux fonctionner ce qui chez eux ne marche pas très bien... figurez-vous que ce n'est pas toujours la faute des sionistes!
Au passage, le procédé rhétorique consistant à désamorcer par avance l'accusation de complotite aigue en présentant comme des « victimes » ceux qui répandent des théories fumeuses (votre position sur Thierry Messian, d'ailleurs, c'est quoi?) ne me semble pas efficace.

Sinon, à propos du Liban (sujet théorique de ce blog) on ne vous entend plus guère... il n'y a, c'est vrai, aucun point « antisioniste » majeur à marquer en soutenant la candidature d'Aoun.

K. a dit…

Jesse, que faut-il croire: les empires coloniaux avaient-ils pénétré les pays qu'ils avaient colonisé pour s'enrichir, ou pour "apporter la civilisation" comme ils le disaient?

Christopher a dit…

Nidal, je viens de lire cet article et un second intitulé "coup d'état au Liban" et je ne peux m'empécher de penser que tu es obnubilé par la "partition". Cela me semble tout à fait explicable pour un Libanais.

Cela fausse ton analyse, juste sous certain aspects. Car il n'est pas du tout de l'intérêt américain, ni israélien de laisser une poudrière balkanisée à l'épicentre de la région la plus riche en hydrocarbure de la planète.
Il semble bien que la volonté des Etats-Unis est celle qu'elle se donne : démocratiser le pays et lui donner un système fédéral. On sait à quel point les USA préférent aux structures centralisés les structures fédérales... venant d'un pays lui même fédéral, il n'est pas besoin d'expliquer comment républicains et démocrates s'entendent à mettre en place un système qu'ils vivent eux même au quotidien.
La structure centralisé, au début imaginé, n'était que pour se placer dans la continuité du régime de Sadam. Et en fait ils sont bien content d'instaurer un système leur semblant plus propre à la démocratie.

Je ne discute pas l'ineptie américaine de vouloir imposer la démocratie par la force, ni en quoi cela était naïf et voué à l'échec. Je me contente de discuter de votre "perte de contrôle" comme l'a souligné un autre commentateur. Obnubilé que vous êtes par la partition vous êtes prêt à la voir partout et vous y voyez l'intérêt israêlien. Pourtant une partition de l'Irak, du Liban ou autre entrainerait nécessairement l'apparition d'un "Etat Phare" arabe faisant passer ses nouveaux micro Etats sous sa coupe. Aussi l'on verrait apparaître un géant Arabe (Iran, Arabie Saoudite ou Egypte...) pouvant vraiment, dès lors, menacer Israël. Non vraiment, ce n'est pas là l'intérêt Israëlien, qui a toujours maintenu dont la politique paranoïaque est d'empéché à tout prix ce genre de scénario d'arriver.

Aussi oubliez votre obnubilation pour la partition et critiquez plutôt les méthodes plutôt que de voir de longues préméditations. En politique étrangère, planifier plus d'une année à l'avance a toujours été impossible. Depuis Richelieu, en passant par Napoléon, Bismarck et Hitler. Dans notre monde globalisé et devenu si complexe, c'est là un scénario à totalement oublier. Les complots à échelle mondial n'ont toujours servi qu'à l'imagination d'esprits frustrés face aux horreurs de leurs temps. Cette frustration est saine, quand elle sait demeurer mesuré.

Anonyme a dit…

@christopher

Tu nous dis :

"En politique étrangère, planifier plus d'une année à l'avance a toujours été impossible."

Très brièvement, comment expliques-tu alors, que Poutine ait écrit une thèse expliquant, et ce il y a maintenant bien plus que 10 ans, comment la Russie pourrait utiliser ses ressources gazières dans le but de reprendre la place stratégique qu'elle méritait à ces yeux ?

D'autre part tous les observateurs, pessimistes, des événements Irakien prévoyaient l'objectif Américain de partitionner l'Irak.

Pourquoi les détracteurs auraient-ils une meilleure visibilité que les acteurs de ce conflit ?

Bref nous devrions maintenant parler, plutôt que de la théorie du complot, de la théorie du non-complot à laquelle tous ceux qui ont trop à perdre s'empressent de croire ...

3antar,

Christopher a dit…

Ne fais pas sombrer mes propos dans un manichéisme. Il est évident qu'en politique extérieure, l'on fait des projets à long terme. Le plan de Poutine en est la preuve, mais il n'a pu se dérouler de cette façon aussi précise. Tout bonnement parce que l'intégration des pays de l'Est a été plus rapide que prévue. Enfin en rentrons pas dans les détails de ce qui est mon sujet de mémoire.

Ce que je veux dire, c'est que concernant le complot tu vas trop vite en besogne. En est la preuve un article assez clair :

(12) Despite their differences, Iraq's sectarian and ethnic groups support the unity and territorial integrity of Iraq.

Tout le long du texte le mot fédéral est présent. Le fédéralisme n'est pas la partition, mais la décentralisation. Tu me diras il n'y a qu'un pas vers la partition. Mais tu noteras qu'un autre article stipule que Badgdhad ne saurait appartenir à telle ou telle communauté. Une Partition avec une capitale seule au centre, ce serait drôle.

Je pense que tu te mets volontairement de oeillières et voit volontairement le pire dans toutes les entreprises américaines. Pourtant tout connaisseur de la politique américaine sait qu'elle est basée sur un messianisme naïf portant les valeurs libérales et démocratiques aux nues. C'est ce messianisme qui rend ridicule et irréaliste les entreprises américaines au Proche Orient.

C'est cette naïveté aussi qui rend la politique étrangère si incompréhensible pour nous occidentaux et orientaux habitués au bras de fer permanent entre Etats Nations. Aussi quand l'on voit les américains arriver sur leurs grands chevaux blancs arborant le drapeau de la liberté, l'on ne peut que se demander quelle est leur intérêt la dessous.
Pourtant c'est leur sincérité à eux, peuple marchant, que de croire que la liberté et le développement leur sont profitables comme autant de marchés pouvant croître et... s'offrir à eux. Non vraiment la partition qui ruinerait la région ? pour ce pays d'argentiers quel intérêt ?

3antar a dit…

@christopher

Je crois quand à moi que tu es totalement à côté de la plaque !

La liberté qu'ils promeuvent n'est qu'un outil leur permettant de fédérer leur peuple pour des conflits injuste...

Aujourd'hui leurs moyens et besoins actuel ne nécessitent plus des dirigeants fort qui leurs reversaient des dividendes, ils s’accommoderaient bien mieux de dirigeants de petits états n'ayant pas de moyen de pression ....

Je lisais que l'empire d'Angleterre vivait du commerce "au particulier" pour s'étendre et de ce fait construisait et développait les régions avec les quelles ils traitaient (bien qu’en les dominants)!!

Le nouvel empire dont nous parlons lui n'a besoin que des ressources régionales et s'accommode parfaitement de ne voir là que des zones détruites et des populations éreintées (Tant que les oléoducs restent intouchés)!

Ils ne veulent d'orient que le pétrole et le gaz leur permettant de pérenniser un peu plus leur pseudo puissance (d’ailleurs l’Arabie aurait surement payé le prix fort si elle n’arrosait pas les dirigeants Américains) !!!

Et même en misant sur leur bonne foi, comment admettre que leur prise de risque en Irak ait coûté plus d’1 million de mort ?

Ne sommes-nous pas responsable des effets de nos actions ?

Les néoconservateurs s’inspirent officiellement de sparte ce qui en soit ne nous permet pas de douter de leurs calculs dans les événements actuels car ressemblant trop a cette philosophie !!!

Par ailleurs les alliés de l’Amérique sont-ils libre ? Le Pakistan ! La Turquie ! L’Egypte ! L’Arabie ! Etc. Comment croire en leurs bonnes intentions lorsqu’ils ne s’attaquent au nom de la liberté qu’à leurs ennemis politique ???

Le peuple lui est de bonne foi, mais ca ne l’excuse pas d’être aveugle !!!!